-15%
Le deal à ne pas rater :
Cahier de jeux pour les 3 – 5 ans : éveil intellectuel de ...
5.95 € 6.99 €
Voir le deal

Alanor d'Australis
Dirigeant·e
Alanor d'Australis
☆ Avatar : Ft. Yuschav Arly
☆ Messages : 34
le Ven 31 Mai 2019 - 20:05
Inspiration. Expiration. Inspiration. Bloquer. Sourire. Avancer.
Tout semblait tellement plus simple quand elle se concentrait sur des actions immédiates. Ne pas penser à la suite, se contenter d’avancer. Sa manière bien à elle de ne pas se laisser ronger par le stress. Car il y avait de quoi stresser, Alanortaana d’Australis, seconde du nom allait assister à sa première réunion du Haut Conseil en tant que co-régente.

L’abdication de son père avait fait grand bruit il y a de ça quelques jours et la pression médiatique que la jeune reine subissait depuis sa naissance était montée d’un cran.
Mais elle était prête, elle était née pour ce moment.

Son père lui offrit son bras et au son des trompettes ils traversèrent le long couloir, ils pouvaient entendre les cris de la foule réunie dans la cour du château. Beaucoup de monde semblait avoir fait le déplacement pour saluer leur roi et accueillir leur reine.
Selon l’étiquette, les réunions du Haut Conseil n’avaient pas lieu dans l’enceinte même du palais royal mais dans un bâtiment en face de celui-ci. Pour y accéder il fallait traverser une cour alors aménagée tout spécialement pour l’évènement.

Les portes du palais s’ouvrirent et Alanor sentit une boule se formée dans sa gorge. L’heure n’était plus aux rêveries, elle s’était imaginé cet instant tant de fois et désormais elle le vivait. Il faisait beau en ce jour historique, la jeune femme accueillit les cris de son peuple avec une excitation entremêlée d’angoisse. Elle voulait plus que tout être digne d’eux, être à la hauteur de ses sujets.

Finalement les portes du Haut Conseil se refermèrent trop vite derrière. Elle avait traversé cette cour avec un sentiment tout particulier, comme si elle ne réalisait pas vraiment ce qui venait de se passer et pourtant, il fallait qu’elle se ressaisisse car face à elle des hommes et des femmes s’inclinaient.

Elle s’avance jusqu’à sa place et par réflexe regarda son père attendant qu’il s’assoit pour en faire de même mais son signe de la tête la ramena à la réalité. Ses mains touchèrent les accoudoirs alors qu’elle prenait place et que le reste de la salle l’imitait.

- Membres du Haut Conseil, je me présente devant vous : Alanortaana d’Australis. A partir de ce jour je serai à la tête de ce conseil avec mon père et ce jusqu’à mon couronnement officiel.

Sa voix sonna claire et forte dans cette salle aux murs de pierre et au toit de verre.

- Je déclare la session du Grand Conseil ouverte. Commençons par l’ordre du jour.

Un homme d’un certain âge s’éclaircit alors la voix et prend la parole.

- Dans un premier temps il serait bon d’étudier le cas du gouverneur Vyrenn, plusieurs habitants de la zone semblent se plaindre de sa… mauvaise gestion.
- Mais encore…
- Ce que le conseiller Attorn souhaite dire, c’est qu’il semblerait que le gouverneur se soit emporté à de nombreuses reprises, saccageant des terres alors que leurs propriétaires auraient refusé de lui donner ce qu’il désirait. Selon les rapports cela va d’une simple bouteille de vin à la main d’une jeune fille.

Le silence se fit dans la salle et Alanor fronça les sourcils en dévisageant le conseiller Attorn chargé de la Sécurité et la conseillère Marly chargée de la justice.

- Alanor, l’interpela son père. Ta décision ?

Se ressaisissant elle prit un air sévère et déclara :

- Qu’on le destitue de ses fonctions et qu’on l’attache sur la place publique. Le peuple saura lui rendre justice.

Un silence de mort s’abbatit sur la salle.

- Mais… Votre altesse…
- Votre majesté, tonna Alanor. Seriez-vous en train de contester ma première décision conseiller Bayronn ? Cet homme a abusé de son pouvoir, un pouvoir qui lui a été donné par mon père pour agir en son nom et faire régner paix et justice sur ce royaume. Il devrait s’estimer heureux que je le laisse en vie.
- Sauf votre respect… Vous n’êtes pas encore en état de prétendre au titre de Majesté. Après tout, votre couronnement n’a pas encore eu lieu…

La jeune dirigeante planta son regard dans celui de la conseillère Marly qui ne faiblit pas une seule seconde. Au plus grand bonheur d’Alanor qui éclata alors de rire.

- Bien ! A ce que je vois il n’y a qu’une personne ici qui semble avoir assez de courage pour me contredire. Pas forcément sur ce à quoi je m’attendais mais je suppose que je devrais m’en contenter. Votre rôle à cette table n’est pas de dire amen à tous mes caprices mais de me dire quand je dépasse les limites. Pour revenir au gouverneur Vyrenn, un montant devrait être fixé par des experts sur l’étendue des dégâts et le gouverneur sera bien destitué de ses fonctions. Pour le reste je laisse la conseillère Marly organiser son jugement et me rendre un rapport à ce sujet.

La salle semblait encore un sous le choc de son annonce mais l’air semblait toutefois moins glacé. Le père d’Alanor hocha finalement la tête, signe que l’affaire était close et que la réunion pouvait continuer.

- Et donc, que pensent nos chers esprits quant aux changements survenus dans notre royaume dernièrement ? demanda alors Alanor en se tournant vers les 3 Omniscients siégeant au conseil.
Naswen Kael
Omniscient·e
Naswen Kael
☆ Avatar : Gilbert Nightray, Pandora Hearts
☆ Messages : 163
☆ Doubles-comptes : Luinil
le Ven 31 Mai 2019 - 20:13

Okay, that was not what I expected.

Je déteste les Conseils.

C’est plutôt dommage, étant donné que mon métier consiste à participer aux Conseils.
Je n’aime pas trop donner mon avis. Ou plutôt, je n’aime pas qu’une assemblée de personnes, comprenant accessoirement le monarque de mon pays, attende mon avis.

Je ne sais pas trop si je m’y suis habitué pendant les six derniers mois ; c’est toujours oppressant, mais on s’y fait. Je suppose. Heureusement que je ne suis pas tout seul en tant qu’Omniscient dans le Haut Conseil, cela dit. On a du mal à s’entendre avec Astéria cependant, et il arrive souvent que nos avis diffèrent au cours des Conseils, ce qui peut être un tant soit peu problématique. Disons qu’on essaie d’éviter de se crêper le chignon pendant les Conseils, on le fait suffisamment dans les couloirs, ce n’est pas la peine d’en rajouter, encore moins devant le roi.

Le pire, c’est qu’aujourd’hui, il n’y a pas que le roi. Je m’étais habitué à sa manière de fonctionner, sa manière de prendre des décisions ; il avait toujours tout fait pour le bien d’Australis et c’est un bon roi.

Son discours d’abdication, il y a quelques jours, avait par ailleurs chamboulé tout le pays, car personne ne s’y attendait vraiment, pas même nous les membres du Haut Conseil. Les secrets de la famille royale font parti des mieux garder de Sirthaal… Toujours est-il que les gens s’agitent à ce sujet, posent des questions, auxquelles nous ne sommes pas en mesure de répondre. En particulier, comment cela va se passer avec la princesse -maintenant co-régente pendant un an. Honnêtement, je n’en sais rien. Cela doit faire un an et demi, presque deux ans, que je suis ici, je n’ai quasiment jamais croisé son altesse.

De fait, aujourd’hui c’est le jour des présentations officielles d’Alanortaana d’Australis au Haut Conseil, aussi il règne une ambiance particulière lorsque je rentre dans la salle où sont déjà installés les autres conseillers. Je ne dirais pas que c’est de la tension ou du stress, mais… une sorte de curiosité, et de flou face à une sorte d’inconnu.

Je prends place à la droite de Fëwen, à ma place habituelle ; Astéria étant installée à sa gauche.

— Bonjour Naswen, fait mon aîné en m’adressant un sourire. Prêt pour le grand jour ?

Tout dépendra de la princesse.

— Co-régente, corrigea automatiquement Astéria, m’arrachant un petit tic au coin de l’œil.

Oui. Tout dépendra de la co-régente, sifflé-je.

Le silence s’installe entre nous. Oui, c’était à peu près tous les jours comme ça. Ce n’est pas tellement que nous ne nous apprécions pas, mais… ouais, c’est compliqué. Nos caractères semblent trop opposés pour que ça colle entre nous. Tant pis, il faudra faire avec ; Vanyar et Elentir nous ont placés là, on y reste…

Les bruits de la foule parvinrent à nos oreilles, signalant l’arrivée imminente de nos souverains ; aussi, dans un mouvement parfaitement synchronisé, tout le monde se lève, et s’incline légèrement en avant en attendant que les régents prennent place ; après quoi tout le monde se rassoit. Des gestes habituels ; sauf que cette fois-ci nous devions caler nos mouvements sur ceux d’une autre personne.

Je m’autorise maintenant à relever les yeux vers la jeune femme qui dans un an succèderait à son père. Elle a la posture et le charisme d’une reine, à n’en pas douter. Aujourd’hui, ce qu’il restait à voir, c’était la manière dont elle allait prendre des décisions. Pour ce que j’en sais elle est à peine plus âgée que moi, et je suis bien placé pour savoir que lorsque les responsabilités nous tombent dessus on n’est pas toujours prêt.

Ils commencent la liste des derniers problèmes majeurs. Une histoire de gouverneur abusant des sujets.

Il est de coutume que ça soit au souverain de proposer les premières mesures, aussi nous attendons tous la réponse d’Alanortaana. Lorsque cette dernière tombe, je me retiens d’écarquiller les yeux et cache ma surprise dans une toux discrète. Ah oui. Elle a des opinions bien tranchées, notre future reine.

J’observe sans rien dire l’échange qui s’en suit avec les conseillers Bayronn et Marly, un poil mal à l’aise face à cette tension ; jusqu’à ce que la co-régente éclate de rire. Ah. Je m’attendais à beaucoup de choses, sauf à ça.

Le sujet du gouverneur se clôt, et finalement on se tourne vers nous, les Omniscients.

J’ai toujours un petit rictus lorsqu’on nous demande ouvertement l’avis des Esprits. Nous sommes officiellement leurs porte-paroles, pourtant ils sont loin de nous faire un compte-rendu détaillé avant chaque Conseil ; ce qui fait que, généralement, c’était plutôt notre propre avis qui était prononcé, plus que celui de l’Esprit que nous servions.

Astéria, comme souvent, prend la parole la première :

— Eh bien, le discours d’abdication de sa Majesté semble avoir déstabilisé le peuple, néanmoins ce n’est pas le premier de l’histoire d’Australis et encore moins de Sirthaal, aussi je pense que les Esprits s’en inquiètent peu pour le moment et attendent simplement de vous voir à l’œuvre, votre Altesse.

Fëwen semble rêveur un moment, avant de prendre la parole :

— Luinil s’intéresse de près à votre progression, votre Altesse ; et il n’est pas impossible qu’elle vous rende visite un de ces jours.

Hmm. Comme d’habitude, je n’avais rien de particulier à dire quant à Elentir. Elle rend visite aux gens, pour autant ce n’est pas souvent pour prodiguer conseils et soutien comme peut le faire Luinil.

Fëwen ne reprenant pas la parole, j’en conclus que c’est à moi de la prendre. Ils m’ont laissé la partie la plus longue, les traîtres. Mes joues chauffent un peu, comme à chaque fois que l’attention est tournée vers moi, puis je tourne mon regard vers Alanortaana.

Il ne s’agit pas directement de l’avis des Esprits, mais plutôt d’une coutume que nous avons. Afin de se rapprocher des Esprits, des Omniscients, et des Apprentis, afin de comprendre nos rôles et notre place, chaque nouveau régent est invité à nous suivre le temps d’une journée afin de vous montrer notre monde ; auquel vous avez, je crois, été peu initiée. Il s’agit d’une certaine part de votre peuple, et d’un tiers de votre Haut Conseil, aussi il semble important aux yeux des Esprits que vous acceptiez de faire ce pas vers et avec nous.

Wouah, mais quel beau blahblah. Il s’agit d’une vraie tradition qui se fait avec tous les régents d’Australis ; dans le fond je ne sais pas en quoi elle consiste. Aller faire un tour des temples en expliquant toute l’histoire de Sirthaal depuis le commencement ? Les pouvoirs des Esprits ? Aucune idée. J’espère bien trouver des livres ou des parchemins à ce sujet avant que son Altesse ne décide de « m’attacher sur la place publique » parce que nous lui aurions fait perdre une journée de son temps.
Ft. Alanor
Alanor d'Australis
Dirigeant·e
Alanor d'Australis
☆ Avatar : Ft. Yuschav Arly
☆ Messages : 34
le Ven 31 Mai 2019 - 22:48
A sa question, la jeune reine scrute attentivement les visages des trois omniscients qui lui font face. Ils avaient tous les trois été choisi pour représenter quelque chose de bien plus grand qu’eux, quelque chose qu’ils ne pouvaient pas pleinement comprendre. Beaucoup trop de choses qu’Alanor ne connaissait que trop bien. De plus, il n’était pas bien plus vieux qu’elle, une chose que personne ne pouvait vraiment s’expliquer même si la jeune reine se demandait si les Esprits, dans leurs desseins n’avaient pas prévu le fait qu’elle allait arriver au pouvoir aussi jeune.

S’installant un peu plus au fond de son siège elle garde la tête droite et les mains sur les accoudoirs de son siège. C’est Astéria qui prend la parole la première et Alanor se remémore les détails qu’elle avait appris sur la jeune femme avant le conseil. Plus jeune qu’elle mais au fort caractère, elle n’avait pas de mal à s’imposer naturellement et sa réponse était irréprochable. Il n’y avait pas à dire elle était étonnante.

Quant à l’envoyé de Luinil, Fëwen, au-delà de son expérience supérieure à celle de ses collègues il avait aussi un air presque bienveillant qui perturbait presque la jeune femme. Dans un monde de loups il est rare de croiser un agneau. A sa remarque Alanor se contente de hocher la tête d’un air calme alors que son cœur rate plusieurs battements. La simple idée de rencontrer Luinil lui donnait des envies de fuite.
Non pas qu’elle n’aimait pas l’Esprit mais avec les autres, elle pouvait se rassurer comme elle pouvait en se disant qu’après tout au vue de son rang il ne pouvait pas lui arriver grand-chose car la plupart des gens lui restaient inférieurs – et ce encore plus maintenant – mais face à Luinil, elle ne pouvait plus se cacher derrière aucune excuse.

C’est alors au tour de Naswen, Alanor avait eu un vague écho de lui et de ses yeux qui rivalisaient presque avec les siens. Elle devait bien avouer que leur couleur singulière était intéressante mais ce n’était pas cela qui en ferait un bon Omniscient.
Elle avait noté son toussotement mal à l’aise quand elle avait fait sa petite « farce » de tout à l’heure. Maintenant restait à voir si il allait se montrer compétent et enfin lui faire face. Elle ne détourne pas le regard du jeune homme quand celui-ci lui parle au contraire elle y voit presque un certain défi.

A la fin de sa tirade, la jeune reine reste pensive un instant.

- Quand vous parlez de votre monde, seriez-vous entrain d’insinuer que vous ne faite pas parti de celui-ci ? A ce que je sache, tout apprentis et omniscients d’Australis restent des sujets de la couronne et se doivent d’y être loyaux. Ne cherchez pas à créer des divisions là où il n’y en a pas.

Marquant une légère pause, elle entremêle ses doigts en se penchant un peu plus en avant. Son regard devenu rieur bien planté dans celui de l’Omniscient.

- De plus, il n’était pas nécessaire de faire tout ce discours dans le seul but de passer la journée en ma compagnie. J’accepte avec plaisir votre invitation monsieur Kael.

Pas peu fière de son petit effet, elle se renfonce de nouveau dans son siège et ne peut retenir un sourire en coin quand elle entend son père se racler la gorge. Alanor ne pouvait décidemment pas se lasser de titiller son royal parent.

- Qu’avons-nous d’autres ?
- L’empire d’Arens a passé commande d’une très importante quantité de minerais. Ce qui peut être excellent pour notre économie mais…
- Mais aussi contre productif si on ne sait pas quelle utilisation ils veulent en faire…

Bien que Sirthaal soit en paix depuis plusieurs siècles maintenant, les tensions politiques restaient toujours d’actualité et il était de nature publique que l’empire d’Arens ne perdait pas une occasion d’accroître son pouvoir.

- Nos agents à Arens doivent peut-être être au courant de ce qui se trame, j’attends un rapport au plus vite au sujet de la situation là bas et aucune décision ne sera prise avant ça.
Naswen Kael
Omniscient·e
Naswen Kael
☆ Avatar : Gilbert Nightray, Pandora Hearts
☆ Messages : 163
☆ Doubles-comptes : Luinil
le Sam 1 Juin 2019 - 12:47

Okay, that was not what I expected.

Je déteste les Conseils. Encore plus celui-ci.

Je sens mon visage passer au cramoisi. Non pas que ce soit quelque chose de particulièrement étonnant, mais en Conseil c’est une première. Je ne pensais pas être remis à ma place dès l’instant où j’ouvrirais la bouche. La réponse à la remarque de la jeune femme reste coincée dans ma gorge, bien que je l’aie parfaitement en tête. Je sens le regard d’Astéria peser sur mon visage, et je n’imagine que trop sa jubilation intérieure, à cette fille qui possède naturellement un charisme et une grâce qui font qu’elle en impose quand elle s’exprime. Excuse-moi, ce n’est pas mon truc. Fëwen vient à mon secours devant mon mutisme gêné :

— Ce que Naswen a voulu dire, c’est que nous avons une autre approche vis-à-vis de notre monde. Plus magique que politique.

Ah ouais, ça fait carrément mystique. Ma gorge se débloque enfin :

Ces deux aspects sont extrêmement importants. C’est le pourquoi de cette coutume. Il n’est pas question de division ou d’insoumission à la Couronne. Je suis navré si c'est ce que j'ai laissé entendre.

Je garde néanmoins le contact visuel avec la co-régente, ce qui est en soi un exploit. Les rumeurs courent sur ses yeux, on dit qu’ils changent de couleur selon son humeur. Je ne suis pas expert en nuance de bleu, aussi je suis bien incapable de décrypter son regard. D’autant que les membres de la famille royale ne laissent jamais rien transparaître.

Cependant, à sa deuxième prise de parole, je me sens me décomposer. Ce n’était pas du tout ce que je voulais dire, et je pense qu’elle le sait. Très loin d’être une invitation personnelle, les trois Omniscients devaient être présents pour cette tradition. Je sais que tout le monde sait qu’Alanortaana joue sur mes mots et les déforme, néanmoins c’est affreusement gênant.

Ce sera alors un plaisir que vous nous accompagniez, tous les trois.

J’insiste sur ces derniers, mots, sait-on jamais. Je romps le contact visuel pour fixer mes mains, croisées sur la table.

Ils enchaînent alors sur l’Empire d’Arens qui nous commande des minerais. Ce n’est pas spécialement inhabituel, tout le monde nous en commande, pour des raisons diverses et variées, principalement pour la construction de bâtiments et leur décoration. Le fait est qu’Arens s’en servait souvent pour fabriquer leurs armes ; plutôt compréhensible, ils ne vont pas les faire en sable. Cependant la position d’Australis a toujours été délicate, positionnée entre deux puissances militaires, et on ne peut pas se permettre d’être imprudents. Aussi j’hoche vaguement la tête à l’annonce de l’attente d’avis de nos envoyés sur place.

Je tourne les yeux vers le Conseiller des Relations internationales, Bayronn. Autant lorsqu’il avait pris la parole tout à l’heure il était complètement décomposé, maintenant il affichait un petit sourire satisfait.

— En parlant de l’Empire d’Arens, votre Altesse ; sachez que nous venons de recevoir en présent de la part du fils aîné de l’une de leurs plus nobles familles, un bijou d’une extrême finesse et beauté. Je serais ravi de vous le transmettre.

Ah, eh bien si c’est pour ça qu’ils nous commandent nos pierres, pour faire des bijoux pour notre future reine… je retiens un vague soupire. Les histoires de mariages politiques. Complètement quelque chose qui me dépasse. Bayronn ne le disait pas, mais c’était sous-entendu ; il attendait de la jeune femme qu’elle réponde quelque chose à cette famille de nobles, leur accorder une audience, ou que sais-je.

Je tourne les yeux vers Alanortaana, guettant sa réaction.
Ft. Alanor
Alanor d'Australis
Dirigeant·e
Alanor d'Australis
☆ Avatar : Ft. Yuschav Arly
☆ Messages : 34
le Lun 3 Juin 2019 - 13:30
Alanor avait toujours été particulièrement joueuse et son jeu préféré restait celui du chat et de la souris. Elle aimait particulièrement ceux qui avaient de la répartie, cela lui permettait de chercher toujours un peu plus loin pour un jour les prendre au piège mais dans le cas de Naswen, la répartie ne semblait pas de mise. Cela dit il avait au moins le mérite d’amuser la jeune reine en rougissant de cette manière, elle se demandait presque si elle n’avait pas été un peu trop loin après tout, le pauvre… Elle en oubliait presque qu’elle pouvait faire peur.

- Ce que Naswen a voulu dire, c’est que nous avons une autre approche vis-à-vis de notre monde. Plus magique que politique.

Oh comme c’était plaisant de voir l’agneau prendre la défense de son collègue. Alanor commençait presque à l’apprécier, Astéria par contre semblait bien moins proche de l’Omniscient au vu de son regard moqueur à la limite du hautain. Alanor ne manqua pas de noter l’information, ne sait-on jamais.
Finalement, la réponse du jeune homme arrive et elle doit avouer qu’il ne s’est pas trop mal rattrapé. Après tout, faute avouée est à moitié pardonnée. N’ajoutant rien, elle fait signe que le sujet est clos.

- Et bien parfait, je vous laisse trouver une date au plus vite.

Si Alanor était la femme d’Australis avec sûrement l’agenda le plus chargé du pays elle détestait quand les choses trainaient en longueur. Rapide et efficace étant ses mots d’ordre. De plus, elle préférait largement l’idée de se balader aux quatre coins de la ville plutôt que de rester enfermée au palais avec la montagne de rapports qui l’attendaient.

Elle est sortie de ses pensées par le conseiller Bayronn et ce qu’elle entend lui fait grincer les dents. Alanor était née pour gouverner, elle avait toujours eu conscience de cette réalité et elle ferait toujours passer son royaume avant tout le reste. Or parmi les nombreuses responsabilités qui lui incombaient il y en avait une qu’elle redoutait plus que tout : fournir un héritier ou une héritière à la couronne d’Australis. De plus, malheureusement pour elle, les enfants ne se faisaient pas tout seul.

Alanor n’était pas stupide, le pouvoir qu’elle avait entre les mains attirait de nombreux prétendants mais n’en déplaise à ses Conseillers et à son père elle prendrait son temps.
Si elle avait conscience que rêver d’un mariage d’amour était illusoire, elle s’accordait tout de même le privilège de choisir celui qui serait son plus grand allié au cours de son règne. Et l’idée qu’il vienne d’Arens ne lui plaisait guère.

- Comme c’est aimable de sa part, dit-elle en espérant que sa voix ne sonnait pas trop fausse. Mais qu’elle bien mauvaise reine je ferai si je profitais de cette richesse alors que certains de mes sujets sont dans le besoin. Conseillère Elyan je vous laisse vendre ce bijou « d’une extrême finesse et beauté » et en faire ainsi profiter tout le peuple.

Avec cette réaction, la jeune femme savait qu’elle risquait de s’attirer des ennuis mais elle espérait aussi montrer au monde qu’il ne serait pas si simple de l’avoir.

- Votre altesse… Votre générosité est tout à votre honneur mais j’espère que vous réaliser que votre descendance est un sujet de la plus haute importance…
- Je vous remercie de votre intérêt conseiller Attorn mais je ne pense pas que ce soit un sujet qui mérite d’être discuté au Haut Conseil. Il y a des affaires publiques bien plus urgentes à traiter.
Naswen Kael
Omniscient·e
Naswen Kael
☆ Avatar : Gilbert Nightray, Pandora Hearts
☆ Messages : 163
☆ Doubles-comptes : Luinil
le Dim 9 Juin 2019 - 10:56
Okay, that was not what I expected.
Je retiens un sourire lorsque la jeune femme annonce son verdict : vendre ce bijou. Honorable, et inhabituel comme réaction. Astéria se crispe non loin, néanmoins je sais qu’au fond elle est d’accord avec cette idée, je pense qu’elle est juste tendue par la tournure inattendue que prend ce Conseil. Fëwen reste impassible ; c’est toujours un peu difficile de savoir ce qu’il pense.

De toute manière, nous les Omniscients avions peu à voir avec ces histoires politico-politiques. Enfin, techniquement si, mais pour moi nous n’étions pas là pour ça. Sauf si les Esprits donnent une bénédiction particulière ou quelque chose du genre. Enfin, la stabilité politique est affaire de tous…

Je hausse un sourcil aux mots « votre descendance est un sujet de la plus haute importance ». Oh, bien sûr que c’est le cas. La reine est amplement en âge de se marier et d’avoir ses premiers enfants, or il n’en est rien ; et cela inquiète certaines personnes. Que deviendrions-nous si la fille unique de nos monarques n’avait aucun enfant ? Alanortaana a du temps ; et je trouve par ailleurs mal venu du Conseil d’essayer de précipiter les choses. Une mauvaise alliance simplement pour engendrer le plus rapidement possible un héritier pour le trône d’Australis pourrait causer bien plus de mal que de bien à notre pays, sans parler du mal qu'il pourrait causer à la première concernée. Elle reste un être humain après tout...

Je tourne les yeux vers Astéria qui prend la parole.

— Sans vouloir vous offenser, votre Altesse, mais le fait est que votre mariage et votre descendance sont des affaires publiques ; d’une importance plutôt élevée pour notre stabilité sur le long terme, qui plus est. Néanmoins…

…néanmoins je ne pense pas que ce soit au Haut Conseil de débattre sur qui seront vos prétendants.

Je plante mes yeux dans ceux de Bayronn, qui semble plutôt mécontent. Dans un coin de ma vision, je vois Astéria hocher la tête.

— Nous en reparlerons lorsque son Altesse aura choisi elle-même ses prétendants. Vous vous doutez bien qu’une alliance fondée sur une mauvaise entente parce qu’elle a été faite dans la précipitation pourrait être désastreuse.

Bayronn grince des dents. Il sait que nous avons raison. Le Haut Conseil a son mot à dire, mais pas maintenant. Je tourne le regard vers la reine. Le sujet est clos ; Fëwen prend la parole.

— Vous n’êtes pas sans savoir, votre Altesse, que le Solstice approche, avec lui les célébrations qui s’en suivent. Nous sommes dans les préparatifs du Festival des Lumières qui commencera le 20 de ce mois, jusqu’à l’Eclipse du 22. Une partie des Médiateurs du royaume y sera de garde, cependant nous ne pouvons pas appeler tout le monde en raison de nos missions en parallèle. Nous vous demandons, si possible, de débloquer du personnel supplémentaire pour assurer la sécurité pendant les festivités ; il y aura beaucoup de monde, et nous ne serons pas de trop de quelques gardes supplémentaires…

La fête de l’Etoile est l’un des grands événements de l’année. Elle rassemble toujours beaucoup de gens, sur tout Sirthaal, et chaque pays organise ses propres festivités ; je ne suis pas bien au courant de ce qu’il se passe dans les autres pays dans les détails. Nous rassemblons les nôtres sous le nom de « Festival des Lumières », qui en fait regroupe de nombreux stands, ateliers, spectacles dans les rues de Thiiel, et ce pendant trois jours. Ce sont les Médiateurs, en particulier de Luinil, qui sont chargés d’organiser et de gérer la sécurité pendant ces trois jours. Il y a rarement de gros problèmes, mais on n’est jamais trop prudents.

— De plus, reprend Fëwen, nous aimerions savoir si vous souhaitez faire une apparition publique lors de ces trois jours. Vous êtes bien entendue la bienvenue, cependant cela nous demandera quelques ajustements au niveau de l’organisation.

En gros : un max de gardes et une estrade appropriée s’il doit y avoir une adresse aux gens.

Alanor
Alanor d'Australis
Dirigeant·e
Alanor d'Australis
☆ Avatar : Ft. Yuschav Arly
☆ Messages : 34
le Ven 6 Sep 2019 - 16:44
L'aisance d'Alanor n'était plus à remettre en question, l'exercice politique était devenu un art dans lequel elle s'efforcait d'apparaître comme maître en la matière et pourtant cette fois-ci elle se sentait agacée.
Préférant mettre cela sur le dos du manque de sommeil trop important ces derniers jours, la jeune reine peinait presque à changer de sujet. Elle savait que plus ils s'attarderaient dessus plus elle serait mise en difficulté et pour son premier Conseil il en était tout bonnement hors de question.
Alors quand elle entend la voix des trois omniscients plaider en sa faveur elle est surprise.
Un sentiment de soulagement s'empare d'elle. La brune se replace alors tranquillement dans son siège, laissant finalement ses phalanges se détendre et relâcher l'accoudoir.

La conversation part alors sur un nouveau sujet mais Alanor n'oublie pas. Elle n'oublie pas que ces trois conseillers ont été ses alliés le temps d'un débat et si elle peut être impitoyable, elle sait aussi se montrer reconnaissante.

Comme elle pouvait s'en douter, parler du Festival des Lumières est bien plus plaisant. D'aussi loin qu'elle s'en souvienne, elle avait toujours adoré ce moment. Spécialement quand elle était arrivée en âge de se déguiser et de faire le mur dans la plus grande discrétion pour se mêler à la foule.
Elle ne s'était jamais sentie aussi vivante que dans ces moments là.
Et pour que d'autres gardent les mêmes souvenirs qu'elle, il était essentiel que ses sujets se sentent en sécurité.

- Bien sûr, je vous laisse faire une liste de tout ce dont vous avez besoin et du nombre de renfort que vous pensez nécessaire.

Les hochements de tête de tout le monde lui répond et elle est assez contente de voir que pour une fois, une de ses décisions fait l'unanimité dès le début. Après tout, il n'y a pas de petites victoires.

- Pour ce qui est de faire une apparition, je ne vois pas de problème au contraire, un bain de foule me ferait le plus grand plaisir.
- A ce sujet, il faudra être prudent, certains groupes s'agitent depuis l'abdication de votre père.

Les sourcils de la jeune reine se froncent.

- Faut-il craindre un nouvel attentat ?

Sa main touche instinctivement la cicatrice qu'a laissé le coup de cet homme qui avait tenté de lui ôter la vie il y a de ça plusieurs mois maintenant. Elle se souvient du moindre détail, de la douleur, des bousculades, des cris mais le pire c'était cette peur qui pour la première fois lui avait pris les tripes. Cette terreur de partir si jeune, d'être détestée au point qu'on veuille la voir disparaître de la surface de Sirthaal.
Jamais elle ne voulait revivre ça.

- Non rien de cette ampleur, seulement quelques protestations. Mais l'annonce de votre arrivée au festival serait un bon coup de publicité pour eux.
- Alors préparons ça dans la plus grande discrétion sans annonce officielle de ma venue. Qu'en pensez-vous ?
- C'est tout à fait faisable.
- Parfait. Si personne n'a rien à rajouter je propose la fin de la séance.

Alanor tourne alors son attention vers les trois omniscients.

- Si vous êtes disponibles tout de suite, pourquoi ne pas faire la visite que vous avez évoqués un peu plus tôt ?

Rapide et efficace, toujours. Surtout quand c'était bien plus amusant que de rester assis à bavarder.
Contenu sponsorisé


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum