Le Deal du moment : -40%
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V9
Voir le deal
157.24 €

Einarri Void
Apprenti·e
Einarri Void
☆ Avatar : Vanitas de Kingdom Hearts - artiste : ephemeral-death
☆ Messages : 74
☆ Doubles-comptes : /
le Mar 10 Sep 2019 - 13:41

Einarri Void


  • Eina
  • 24
  • Forgeron
  • L’empire des Eaux
  • yep
  • Elentir

Not today bro’


Caractère

Ce que tu es casse-pied Einarri. Si tu n’avais pas un visage aussi beau, soit certain qu’on t’auras déjà cassé la figurine plus d’une fois ! Tu es hautain, vulgaire lorsque tu bois trop et d’un naturel franc. Beaucoup trop franc… On se passerait bien de savoir que l’on pue de la gueule ou qu’on ne ressemble à rien à tes yeux habillés de la sorte. On a bien compris que tu étais une personne très chic. Toujours bien habillée. Toujours bien coiffé. On se doute bien qu’avec cette personnalité apparente, tes mots ne peuvent être qu’acerbes.

Même si tes mots blessent, même si tes mots font pleurer, jamais tu ne t’excuseras. Pour quoi faire ? Pour quelle raison devrais-tu, toi Einarri, t’excuser alors que tu n’as fait que donner ton opinion ? Tu n’as jamais pu comprendre ce genre de raisonnement. Il te semble que jusqu’à présent nous sommes libres de parler et dire ce que l’on pense non ? Et à ce titre, tu te refuses à t’excuser pour des propos que tu as pu tenir ou que tu tiendras. Si ce que tu dis ne plait pas, les autres n’ont cas arrêter d'écouter ou de te parler. Au pire des cas, tu perdras quelques personnes dans ton entourage. Cela ne te choquera pas plus que ça, ces personnes n’étaient de toute évidence pas faites pour être avec toi que ce soit en tant qu’ami, collègue ou que sais-je encore. Dans tous les cas, ils ne méritaient pas ton attention.

Toi tu n’en fais pas tout un foin quand on te dit tes quatre vérités. Tu restes humble devant l’adversaire qui ose te reprendre. Tu gardes la tête froide et ne montres pas le moindre signe d’émotion. Pour autant, tu n’oublies pas que cet individu a osé te remettre en question. Tu graveras son visage dans ta matière grise pour être sûr de lui porter le coup de grâce la prochaine fois. Tu n’aimes pas que l’on te corrige. Tu détestes qu’on te dise que tu as tort. Tu es assez grand pour le savoir, assez mature pour t’en rendre compte et qu’on te le fasse remarquer une deuxième fois t’insupporte. Si tu sais que tu es une peste, mais que tu continues, c’est qu’il y a une raison derrière cela. Les gens ne sont-ils pas assez intelligents pour le comprendre ?

En fait, tu remplis toutes les cases du parfait connard. Tu te permets de critiquer et juger des inconnus qui ne t’ont rien fait. Des inconnus qui ont peut-être une vie douloureuse, difficile. Des vies que toi Einarri, ne pourra jamais avoir. Que toi Einarri, ne pourra jamais comprendre… Et malgré le fait que tu le saches très bien, tu te permets tout de même de leur cracher ton venin au visage. Le seul mérite qu’il y a à cela, si tant est qu’on puisse qualifier ton comportement comme tel, c’est qu’au moins tu le fais en face des concernés et jamais dans le dos…

Mais tu es loin d’être idiot Einarri. Tu es juste empli de détermination et de rage. Jamais tu ne lâcheras le morceau. Tu as la niaque et tu es prêt à te battre jusqu’au bout pour tes idéaux et tes principes. Tu sais aussi que si tu ne montres pas les crocs instantanément tu te feras vite piétiner et écraser par plus fort, plus rusé. Le monde tourne de cette façon depuis des siècles et ça ne risque pas de changer. Tu veux montrer à tous ces merdeux qui t’ont craché dessus dans ta jeunesse que tu peux faire mieux qu’eux ! À ton tour, tu vas les piétiner, leur faire goûter cette amertume et leur faire regretter leur mot. Parce que tu es comme ça Einarri. Si la couleur de la rage te va bien, celle de la rancune de sied tout autant. Un mois. Quelques jours. 30 ans. On ne sait jamais quand ça tombera, mais cela arrivera. Tôt ou tard. Tu prends le temps qu’il te faut pour être sûr de gagner et pouvoir savourer ta vengeance. Celui qui s’en prend à toi c’est celui qui ne te connait pas. Ce n’est qu’un idiot qui vient de signer la fin de sa vie paisible…

Oui, tu es insupportable pourtant… Si l’on cherche bien tu dois avoir du bon. Quand on gratte la surface, on peut apercevoir une petite lueur briller. Si faible qu’elle semble sur le point de s’éteindre à tout moment. Si fragile qu’on n’ose l’atteindre. Et oui Einarri, tu n’es pas aussi redoutable et fort que tu le laisses paraitre. Disons qu’il est juste difficile d’atteindre ce petit cœur qui bat.

Tu peux être d’une épaule réconfortante quand tu mets un peu du tien. Tu sais écouter. Sans rien dire. Rien faire. Juste laisser l’autre parler et toi l’écoutant avec attention. Tu ne prétends pas résoudre les problèmes, ni d’avoir une solution miracle. Mais tu peux être présent quand il le faut. Simplement donner de ton temps pour aider une âme en peine. Une âme qui cherche du réconfort autour d’un verre, durant une promenade ou le temps d’une nuit. Même si ces personnes se comptent sur les doigts d’une main, tu sais qu’elles ne t’abandonneront pas et il est des plus normal que l’inverse fonctionne également. Tu ne les laisseras pas tomber et s’il faut que tu ailles te salir les mains pour les aider à se sentir mieux, alors tu le feras sans rechigner. Tu es comme ça Einarri, tu pars toujours du principe que c’est donnant-donnant. Tu as des attentes et des standards élevés, mais pour toi il est normal que tu appliques aussi ces standards à toi-même. Tu te mets peut-être un peu trop de pression au final…

Et puis au fond tu es aussi quelqu’un de terrorisé. Tu ne sais pas comment seront le lendemain, le mois suivant, les années d’après. La paix est peut-être maitre en ce moment, mais pour combien de temps encore ? L’inconnu te fait peur Einarri. Tu ne te l’avoueras sans doute jamais, mais tu ne peux pas tromper tout le monde avec ton assurance. Alors tu profites au chaque jour un peu plus de ta petite vie banale.

Et oui Einarri, tu es aussi quelqu’un qui rêve de chose simple. Un repas chaud a partager en famille. Un ou une amante pour te réconforter et te serrer contre elle ou lui les jours de pluie. Une vie simple sans soucis ou prise de tête. Des amies avec qui rire. Des personnes qui ne s’accrocheront pas à toi pour ce que tu as, mais pour ce que tu es. Des gens qui n’attendent rien de toi. Rien d’autre que la simplicité et les traquas d’une vie fade et absurde. Il est difficile de penser que toi, Einarri, la personne la plus hautaine que l’on connaisse, celui qui répond toujours aux provocations, car il pense tout connaitre et tout savoir, il est incompréhensible que toi, tu puisses rêver de ce genre de vie. Après tout, ce genre d’aspiration ne te correspond pas n’est-ce pas ?

Physique

Alors, tu l’as trouvé ? Mais si le fils du forgeron de notre petit village. Ce n’est pourtant pas difficile de le reconnaitre… Grand, environ un mètre quatre-vingt-cinq, mais plutôt maigrichon si je puis me permettre. Enfin, il parait tout de même que le fiston ne tiendrait pas de son père si tu vois ce que je veux dire ! Plutôt bien foutu le gamin tu vois le genre ? C’est sûr qu’il n’a pas la brioche de son père, mais plutôt de beau muscle. Enfin, c’est ce qu’il se dit hein. Je n’ai jamais vraiment vérifié moi.

C’est toujours la première chose que l’on remarque et que l’on te dit quand on te voit. Une belle gueule avec un corps pas dégueu à voir pour un type de la cambrousse. Si ça les fait chier d’avoir que des gros tas dans le village, ils ont cas commencer à se bouger le cul et faire du sport comme toi !

Mais tu reconnais que tu n’es pas à plaindre niveau génétique. Tu as pris de ta mère ces beaux yeux. Ta petite fierté à toi. Un bel ambre qui reflète ce que tu vois. Qui semble pénétrer l’esprit quand tu fixes quelqu’un. Ton regard est ce qu’il y a de plus expressif chez toi. Ton regard est franc, droit et jamais il ne vacille. C’est ce qui laisse penser que tu es un homme fier, qui ne doute jamais. Mais à toi aussi il t’arrive de pleurer Einarri. Toi aussi tu peux plier le genou par moment… Et alors tes yeux se remplissent de larme. Et sur tes joues, dont tes pommettes sont relativement marquées, les gouttelettes humidifient ta peau.  Ces moments sont rares et tu préfères te cacher. Personne n’a le droit de te voir dans cet état. Personne.

En revanche, tes cheveux sont les mêmes que ton père dans sa jeunesse. Hirsute, toujours en pagaille et impossible à lisser… Alors, tu les laisses rebiquer, les laisses s’emmêler les uns aux autres et pointer dans n’importe quelles directions. À défaut de pouvoir les coiffer, tu fais de ton mieux pour les entretenir. Alors oui Einarri, tu as la chevelure aussi douce que ces grandes dames qui passent des heures devant la glace. Oui, tu es toi aussi tu es le genre de type qui a trente sortes de shampoing et après-shampoing. Et oui tu mets toujours un soin réparateur sur tes cheveux le soir avant de dormir. Mais tu as peur de devenir chauve si tu ne le fais pas… Vu la tête de ton père aujourd’hui, tu t’inquiètes un peu pour ton futur capillaire.  

Le reste de ton apparence c’est à toi et toi seul que tu le dois. Oreille percée comme bon nombre d’autres endroits sur ton corps, tu voulais sortir du lot en faisant cela. Tu as aussi voulu te tatouer. Ça t’a pris un soir dans la taverne du coin. Un voyageur en était recouvert et proposer ces services contre quelques pièces. Tu avais un peu bu et au fil de la discussion avec lui, ton premier tatouage est apparu. Tu ne regrettes pas le moins du monde ce choix et tu as même répété l’opération plusieurs fois. Au moins, il est facile de te reconnaitre comme ça ! A vrai dire, tu avais surtout peur que tu ne sois que le fils du forgeron à jamais. Alors tu as fait ta petite crise existentielle et te voilà troué et marqué à vie.

Histoire

Un enfant lambda. Une vie lambda. Rien de ta naissance à aujourd’hui n’a vraiment été incroyable Einarri. Tu es né dans ce qu’on appelle le peuple. Ni trop bas, ni trop haut dans la société. Tu aurais pu tomber à un moment plus mauvais, tout comme tu aurais pu mieux tomber. Tu es le fils d’une mère incapable d’avoir un second enfant à cause de la détérioration de sa santé et d’un père trop concentré à fabriquer ces épées pour s’en préoccuper. Il est le seul de la famille à faire rentrer l’argent, il vous nourrit et vous procure de quoi vous habiller, alors tu ne peux pas vraiment te plaindre. Toi, petit garçon banal que pouvais-tu bien avoir à y redire de toute façon ?

Ici, tout le monde connait tout le monde et tu n’échappes pas à la règle. À peine fus-tu né que déjà l’entièreté du bourg de connaissait… À peine poussais-tu ton premier cri que déjà le village t’avait trouvé ta place. Tu seras le fils du forgeron. Pour toujours et à jamais. C’est à se demander si tu as une identité à part entière Einarri. Ton père était fier d’avoir un garçon, tu allais pouvoir aider plus tard ! Travailler dur, reprendre l’affaire et qui sait, peut-être épouser la fille du voisin. C’est ce qu’il voulait, c’est ce que tout le monde voulait. Tout le monde, mais toi ? Au fond, tu n’as jamais pris la peine d’y réfléchir. Tu n’en avais pas la capacité à l’époque. Tu étais si jeune, si petit. Tellement fragile qu’un rien pouvait te casser. Mais tu as grandi, comme tout le monde. Tu as commencé à avoir des idées, des opinions, un avis sur ton avenir. Et tu ne voyais pas les choses de la même façon que les habitants.

Tu as commencé à rêver de voyage, puis à y penser sans jamais prendre le risque de te lancer. Partir est un bien beau rêve, mais faut-il encore savoir pourquoi l’on part et ça… tu n’en avais pas encore la réponse. Et alors que tu faisais part de tes intentions à tes petits camarades de jeux, eux ne se sont pas retenus de te rire au nez. Qu’est-ce qu’un campagnard comme toi pourrait bien faire en dehors du village ? Rien du tout. Comme tes parents et de nombreuses personnes avant eux et après toi, quand on nait en campagne, on y reste bien souvent pour toujours. Malgré les téléporteurs qui facilitent les déplacements, personne ne franchit le cap. Tous sont terrorisés de ne pas réussir à se fondre dans une société différente, un endroit où la classe y est plus élevée et où partager son repas avec quelqu’un qui nourrit les cochons est une honte. C’est comme ça ici. Tout doit être au carré. Tout doit être à sa place et rien ne doit se mélanger. Mais ce n’est pas ce que tu penses Einarri. Toi, tu ne veux pas comprendre pourquoi l’empire cadre tout, tu ne veux pas comprendre la raison à cette rudesse. Toi, tu ne veux que rêver à cette époque.

Et le temps passe. Les jours défilent et les années ne se comptent plus. Tu es en âge d’aider à la force. Tu en as même le devoir. Si personne ne reprenait les forges, qui s’occuperait de faire les équipements de ces soldats de l’Empire qui tentent de garder vos terres en sécurité ? Le pays ne semble pas être en bon terme avec les autres et vous ne pouvez pratiquement compter que sur vous-mêmes. Alors, tu as obéi sagement et t’es mis à frapper le fer comme le gentil fils di forgeron. La politique ne t’intéresse pas vraiment Einarri, mais tu as pu comprendre la situation avec la venue des rares étrangers dans le village. De temps à autre, une nouvelle tête apparait et le village devient indomptable. Les habitants s’empressent de poser toutes sortent de question au visiteur et tu ne sors pas du lot Einarri.

Tu as beau avoir grandi, tu n’oublies pas pour autant ce tendre rêve d’enfant. Alors, tu demandes comment ça se passe dans les grandes villes, à quoi ressemblent les autres pays. Alors, tes yeux se mettent à briller devant cet inconnu, et tu bois ces paroles comme le plus doux des nectars. Tu te remets alors à rêvasser. A croire qu’un jour tu partiras vraiment de ce taudis. Les autres ont beau se moquer, te dire d’être raisonnable, tu ne lâches pas cette idée. Et c’est pour cela qu’à chaque fête du temps tu refais le même vœu. Encore et toujours. Comme si Elentir pouvait te donner la force de casser ta routine. Mais rien ne change… tu restes le même Einarri. Tu restes toujours trop couard pour prendre tes jambes à ton cou. Et bientôt, même les paroles des voyageurs ne suffisent plus à te faire rêver. Alors, tu trouves un autre chemin. Tu rentres de plus en plus tard le soir. A chaque fois un peu plus fatigué que la veille. Le travaille à la forge est éreintant, mais l’alcool le soir ne t’aide pas à te remettre en forme non plus. Dans le fond, que peux-tu y faire ? Tu as besoin de te raccrocher à quelque chose. Un truc qui te fera tenir jusqu’à ce que tu leur montres à tous que tu avais raison ! Tu as décidé que ce truc sera ce liquide amer qui vient te brûler de l’intérieur. A chacun sa méthode et ces porte-bonheurs, personne ne peut te juger sur ça.

Tu es comme qui dirait au fond du trou Einarri… Mais tu aurais pu tomber bien plus bas encore. Tu aurais pu finir mort ivre dans une ruelle mal éclairée ou dans le caniveau sans que personne ne te remarque. A croire que le départ de ta mère était uniquement là pour te mettre une bonne claque dans la gueule. Ton père a eu du mal à accuser le coup. Depuis il travaille nuit et jour, ne prenant de pause que lorsque son corps est trop faible pour continuer. Et toi Einarri ? Toi, tu papillonnes encore. Tu as du mal à réaliser qu’elle n’est plus là. Que ces draps resteront vides, que sa chaise restera froide et que son sourire s’effacera de ta mémoire. Pour autant, le monde tourne toujours Einarri. De nombreuses personnes continuent de mourir chaque jour, et chaque jour, de nombreuses personnes continuent d’avancer dans leur vie malgré la disparition de ces personnes. Il serait temps que tu grandisses et que tu reprennes ta vi en main !

Ce jour-là, tu as compris qu’on avait qu’une seule vie. Ce jour-là, tu as réalisé qu’il ne fallait pas la gâcher. Alors, la petite lueur dans ton cœur a recommencé à briller. Alors, tu as arrêté de trainer le soir. À la place, tu as commencé le sport en plus du travail à la forge. Cela te permettait de te défouler, te vider l’esprit et simplement faire passer le temps. La forge occupée tes journées, le sport tes soirées. Avant de faire quoi que ce soit, tu devais être en état de le faire. Ton corps meurtri par les dégâts de l’alcool devait guérir avant d’entamer quelconque voyage. Et alors que ton 23e hiver s’achever, ton vœu pour Elentir se fit entendre de nouveau. L’idée avait germé dans ta tête entre deux boucliers et quelques squats. Pour ton 24e printemps, tu t’en irais ! Avec quelques outils sur toi, tu partirais montrer au reste du monde ce dont sont capables les forgerons de ton petit village ! De cette façon, tu pouvais partir sans faire trop de peine à ton père, tout en t’assurant une certaine possibilité de revenus. Certaines personnes devaient bien s’amuser aujourd’hui encore à parcourir ces terres à pieds plutôt que par portails non ? Alors, tu seras là, sur les routes, pour aider à réparer leur équipement. Et toi tu verras du pays. Tu découvriras ce que tu ne connais pas encore, ce que personne dans le bourg n’a jamais vu.


Et toi ?

  • Ren
  • une tête hirsute qui s’appelle Samäel à souffler le nom
  • mettre un référencement pour les avatars serait bien non ? (pour quand vous serez super connu !)
  • Validé <3

Samäel Argawaen
Habitant·e
Samäel Argawaen
☆ Avatar : DocWendigo
☆ Messages : 15
le Mar 10 Sep 2019 - 16:13
Bienvenu ! Même si, je n'ai pas une tête hirsute :C
Einarri Void
Apprenti·e
Einarri Void
☆ Avatar : Vanitas de Kingdom Hearts - artiste : ephemeral-death
☆ Messages : 74
☆ Doubles-comptes : /
le Mar 10 Sep 2019 - 17:19
Merci gentil monsieur qui a quand même une tête hirsute mais on aime bien
Naswen Kael
Omniscient·e
Naswen Kael
☆ Avatar : Gilbert Nightray, Pandora Hearts
☆ Messages : 163
☆ Doubles-comptes : Luinil
le Mar 10 Sep 2019 - 22:35
Bonsoiiiiiiiir et bienvenue cher futur collègue !!! Bon courage pour la fin de ta fiche Einarri débarque 241551954 hâte de voir ça !
Astéria Anra
Omniscient·e
Astéria Anra
☆ Avatar : Pepper (OC) par Artgerm
☆ Messages : 76
le Mer 11 Sep 2019 - 0:12
Coucouuuu et un vrai bienvenue cette fois !! La CB ça compte pas :D Courage pour finir ta présentation, ton personnage a l'air d'une sacrée tête de pioche D8 Ça risque d'animer les RP tout ça !!
Hâte de lire la suite !
Asthan Riael
Dirigeant·e
Asthan Riael
☆ Avatar : Thorin Oakenshield (The Hobbit)
☆ Messages : 91
☆ Doubles-comptes : Vanyar & Mael Emrys
le Mer 11 Sep 2019 - 9:22
Bienvenue o/

Hâte de voir la fin de ta fiche et l'histoire de ce brave petit x)
Einarri Void
Apprenti·e
Einarri Void
☆ Avatar : Vanitas de Kingdom Hearts - artiste : ephemeral-death
☆ Messages : 74
☆ Doubles-comptes : /
le Mer 11 Sep 2019 - 14:56
Merci à vous tous Einarri débarque 241551954 hâte de pouvoir rp avec vous ! J'en profite aussi pour dire que ma fiche est terminée~ sauf si j'ai des modifications à apporter car elle ne va pas xD
Contenu sponsorisé


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum