-38%
Le deal à ne pas rater :
-38% sur la barre de son Yamaha YAS-108 (ODR 15€)
184.99 € 299.99 €
Voir le deal

Astéria Anra
Omniscient·e
Astéria Anra
☆ Avatar : Pepper (OC) par Artgerm
☆ Messages : 76
le Dim 6 Oct 2019 - 13:02
Son avis étant donné, Astéria laisse à présent Arizael conclure. Elle ne s’imaginait pas qu’il la complimenterait sur sa capacité à éloigner les autres êtres humains de sa vie ; compliment un peu étrange, même pour elle. Elle l’apprécie cependant : il est vrai que cette façon de faire ne facilite pas ses interactions, mais elle lui facilite néanmoins la vie. Arizael, lui, est un passionné — le genre de qualité qu’elle possède mais qu’elle refoule, et qui la font sourire avec tendresse lorsqu’elle la perçoit chez un interlocuteur bienveillant. Alors elle acquiesce, lentement, sans l’interrompre. Quelqu’un d’engagé. Quelqu’un qui agit uniquement, dans tous les domaines de sa vie, pour améliorer les choses.

Un instant, elle se sent sotte, et se demande si c’est bien ce genre de choses que Vanyar attend d’elle. Mettre toute sa vie au service d’une cause plus grande qu’elle, en tous temps…

—Peut-être que ta vie, c’est justement ton engagement. Moi non plus, je n’ai pas de vie, et pourtant, ce n’est pas question d’engagement, mais de nécessité. Ceux qui savent lire en toi peuvent te détruire. Je ne te le conseille pas davantage.

La cour est pleine de gens qui ne font que juger sur les apparences — ce pourquoi elle tient à leur en montrer une irréprochable. Le message est clair : sois prudent.

Bientôt, ils se mettent d’accord pour aller visiter le palais ; elle prend son temps pour se recoiffer, avec soin et minutie. Arizael l’observe de son air mutin qui lui ferait presque lever les yeux au ciel et sourire tout à la fois, et se rhabille. Astéria se relève à son tour, remet sa cape, la lisse, et prend une profonde mais silencieuse inspiration. Petit passage par le comptoir, sortie. Elle pourrait lui proposer de se téléporter, mais il a l’air d’apprécier la vue que lui offre l’extérieur ; ne le privons pas de cette opportunité de visite.

—Par le portail. Cela me changera, répond-elle sobrement, cependant amusée.

Ses pas la guident jusqu’à l’entrée principale, gardée par deux hommes en armure de part et d’autre du portail. Elle salue sommairement l’un d’eux d’un signe de tête à son passage, guidant le télékinésiste dans la cour. À part les gardes, peu de personnes osent rester à l’extérieur de l’imposant bâtiment. Arrivée aux portes, les gardes ne bronchent pas — ils reconnaissent sans mal leur tenue d’Omniscients — aussi passent-ils sans encombre dans le hall froid et marbré du palais après une volée de marches. Quelques tentures et autres riches décorations ornent les murs et un grand escalier recouvert d'un tapis en son centre trône dans le fond du hall. Elle se tourne vers Arizael pour lui expliquer en quoi consistent les pièces adjacentes, dont les portes sont visibles sur leur droite, mais s’interrompt dans son mouvement lorsqu’elle aperçoit à nouveau son affreuse casquette rouge, qu'elle fixe longuement.

—Il faudra retirer ta casquette, lorsque tu iras voir la reine.
Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Dim 6 Oct 2019 - 21:57

Tandis que nous marchons en direction du palais royal, je repense à ce que Astéria m'a dit. J'ai envie de sourire parce que j'ai trouvé quelqu'un d'autre qui a la réputation de ne pas avoir de vie. C'est faux, en un sens. Ce n'est pas que je n'ai pas de vie, c'est que j'en ai trop, des vies trop bien remplies, pour pouvoir en mener une ordinaire. Et quelque part, je ne le regrette pas, je m'ennuierais avec une vie ordinaire !

Puis mes sourcils se froncent, je ré-entends sa voix qui me dit : "Ceux qui savent lire en toi peuvent te détruire." En une seule phrase elle m'a fait entrapercevoir le caractère impitoyable du milieu curial. Est-ce que c'est ce monde qui ne pardonne rien qui a façonné la jeune femme ? Je le déteste un peu pour ça, Astéria a l'air d'être tellement plus que ce qu'elle laisse voir.

Moi qui n'étais pas déjà dans de très bonnes dispositions envers la royauté, je suis encore plus remonté contre ses codes absurdes et sa logique cruelle. Il me faudrait changer complètement si je voulais intégrer cet univers. Heureusement pour moi je n'y suis pas obligé. Je vais juste devoir être prudent le temps de cette visite diplomatique. Peut-être que pour me détendre après j'irais trouver le groupe dissident anti-monarchie du moment à Thiiel, histoire de déverser la tension accumulée dans un slogan rageur peint avec application sur un mur d'affichage laissé à l'abandon...

Ça, c'est pour plus tard. Pour l'heure, nous traversons l'imposant portail du palais royal. Les gardes se contentent de nous regarder passer, à l'exception de l'un d'eux. Astéria doit avoir ses contacts au sein de la grande machine royale. Le hall qui s'ouvre à nous est dallé de marbre, les échos de nos pas nous suivent alors que nous avançons vers les escaliers monumentaux. Le décor m'impressionne, honnêtement. Les riches teintes bleu des rideaux attirent mon regard de teinturier. Les moulures et dorures dessinent les contours d'un monde inatteignable dans lequel évoluent des figures auxquelles je n'aurais jamais accès.

J'attends les explications de ma guide, mais à la place elle me somme d'enlever ma casquette en présence de la souveraine. J'affiche immédiatement une moue offensée et c'est avec une théâtralité assumée que je plaque ma main sur ma poitrine. Je déclare :

- D'abord, je suis déçu que tu ne me crois pas capable de retenir les règles de l'étiquette obligeant tout homme à se découvrir en présence d'une dirigeante.

Puis j'enlève la fameuse casquette et je fais mine de l'examiner.

- Ensuite, c'est fort dommage que ces règles absurdes m'empêchent d'exhiber mon couvre-chef à la cour parce qu'il est très beau, surtout depuis que Nikil a brodé mes initiales dessus.

Je l'enfile à nouveau et j'ai un soupir bruyant.

- Enfin, puisque c'est comme ça, okay.

Je me concentre à nouveau et essaie de me souvenir du plan général du complexe palatial, la cour que nous avons traversée, la coupole en verre de la salle du Haut Conseil, le palais lui-même où nous nous trouvons...

J'ai surtout besoin de connaître les chemin de la salle du trône, on n'est pas obligés d'entrer dans les salles.
Astéria Anra
Omniscient·e
Astéria Anra
☆ Avatar : Pepper (OC) par Artgerm
☆ Messages : 76
le Lun 28 Oct 2019 - 15:55
La remarque d’Astéria semble outrer l’Omniscient de Vanyar, qui en fait peut-être un peu trop. Son ton dramatique et ses gestes théâtraux étirent les lèvres de la jeune femme en coin, alors qu’elle hausse un sourcil amusé dans sa direction. Elle secoue lentement, désabusée, sa tête de gauche à droite, sans réussir à contenir un léger rire. Il accepte cependant bien vite sa requête ; tant mieux, elle ne se sentait pas de lui faire un cour d’étiquette, elle a bien assez à faire avec les apprentis et leurs questions qui paraissent parfois idiotes. (Bien que, selon son propre avis, aucune question n’est idiote. Sauf quand la réponse est dans la question ou la phrase qu’elle vient généralement de terminer, bien entendu. C’est bien plus fréquent qu’il n’y paraît !)

—À vrai dire, il est préférable de se découvrir lorsque l’on parle à une dame de la cour. Certaines sont quelque peu… susceptibles. Enfin, il suffit de ne pas trop y faire attention, pour la plupart.

Elle fixe les initiales brodées dans la casquette, sans vraiment comprendre leur signification, avant de se remettre en route.

—Pourquoi tes initiales, si ce n’est pas indiscret ?

Ça l’est sans doute un peu, mais, pour l’exemple, elle ne s’imaginait pas porter un tel accessoire elle-même, ni même quoi que ce soit avec un « AA » brodé dessus. Sans doute parce qu’elle ne se sent pas très proche de sa famille, mais peut-être que c’est moins alambiqué que cela. Elle reprend cela étant sa petite visite, prenant la direction de la salle du trône, sur leur gauche.

—Par ici, ce sont les bureaux. Les appartements royaux sont à l’étage, tu n’as pas le droit d’y aller. (D’où les gardes, logique.) Bien, la salle du trône est par ici. Lorsque tu arriveras au niveau de l’antichambre, tu te feras annoncer et il te faudra patienter un peu. On te fera entrer par la suite par les grandes portes.

Tout en décrivant l’architecture des lieux, elle en ignore les riches décorations qui ornent le couloir menant à l’antichambre. Même si elle ne passe pas son temps dans cette partie du palais, cela fait maintenant partie de son quotidien. Astéria a eu le temps de s’en émerveiller. Une chose qui ne la lasse pas encore, en revanche, c’est la vision qu’elle a sur l’extérieur depuis les fenêtres du palais. Peu importe où l’on se trouve, la vue est toujours très belle : on peut y voir le ciel.
Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Mar 5 Nov 2019 - 21:25

Je suis encore pire que d'habitude pour ce qui est de mes mimiques dramatiques, mais Astéria a l'air d'être amusée plutôt qu'agacée. Tant mieux si elle apprécie mes excentricités car elle va devoir s'y habituer si nous devons devenir amis. Car oui, j'ai décidé que nous allions être amis, j'ai un bon pressentiment... Notre prochaine rencontre sera encore plus amusante ! Peut-être pas à la cour de Thiiel cela dit, dans une situation plus détendue que ce milieu codifié à l'extrême. Je réponds à Astéria au sujet de l'étiquette.

- J'ai toujours trouvé dommage que les hommes doivent se découvrir alors que les femmes peuvent garder leur chapeau à l'intérieur.

J'ai beau détester le principe qu'il faille agir différemment avec des nobles, je n'en maîtrise pas moins les règles de base. Je regarde mon couvre-chef à mon tour, admirant le blanc ivoire du fil mouliné sur le fond rouge vif.

- Sans raison particulière... enfin, si. L'un de motifs de base de la broderie est l'alphabet, il en existe de toutes sortes. C'est pour ça qu'il est plutôt habituel de broder ses initiales sur ce qui nous appartient. Enfin, traditionnellement, ça concerne plutôt le linge de maison j'avoue.

Je prends note mentalement de la disposition des différents espaces du château au fur et à mesure que Astéria me fait visiter le rez-de-chaussé. J'essaie de garder mon air curieux habituel sans laisser voir à quel point je me sens impressionné par la hauteur des murs, l'éclat du dallage au sol, la couleur riche des tentures épaisses qui étouffent les sons et protègent du froid.

Certes, les bureaux des ministères de la République sont de beaux bâtiments, conçus dans des matériaux nobles et décorés avec goût. Il sont cependant plus sobres et ne dégagent pas ce désir d'apparat et d'ostentation que respire le palais de Thiiel.

C'était définitivement une bonne idée de venir ici, je serais bien plus à l'aise pour le grand jour. Pour le simple teinturier que je suis, me préparer sérieusement me donne l'impression que j'ai la légitimité d'être ici. Me donner l'impression d'être un médiateur professionnel et compétent m'évite de me sentir à l'écart et pas à ma place dans des milieux aussi élitistes que la cour.

Après avoir pris le temps d'observer en détail les lieux, je me retourne vers ma guide.

- Je dois te féliciter, tu as su répondre à toutes mes questions et tu m'as même montré le palais. Je suis un visiteur comblé, je n'ai plus rien d'autre à te demander. Il ne me reste plus qu'à te souhaiter une bonne journée !

Et parce que, quoiqu'on en dise, je maîtrise les règles des autres pays, je me baisse en une légère révérence. C'est avec un sourire malicieux, presque moqueur, que je me relève et ajoute :

- Sauf si tu avais autre chose à ajouter ?
Contenu sponsorisé


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum