-15%
Le deal à ne pas rater :
Cahier de jeux pour les 3 – 5 ans : éveil intellectuel de ...
5.95 € 6.99 €
Voir le deal

Astéria Anra
Omniscient·e
Astéria Anra
☆ Avatar : Pepper (OC) par Artgerm
☆ Messages : 76
le Mer 4 Sep 2019 - 19:41

Astéria Anra


  • Asté ou Aster
  • 22 ans
  • Omnisciente de l'Espace, membre du Haut-Conseil
  • Australis
  • Vanyar (Téléporteuse)

Ne doutez pas que les étoiles soient de flamme.


Caractère

Imaginez-vous une personne facile à vivre. Une personne qui vous fixe avec un sourire doux, qui vous écoute lorsque vous parlez et qui vous encourage sans cesse, qui s’illumine de l’intérieur lorsqu’elle voit quelque chose qui fait battre son cœur un peu plus fort et qui vous donne envie de la serrer dans vos bras… Ceci n’est pas Astéria.

Au sein du Haut-Conseil d’Australis, où elle constitue la plus jeune voix de l’assemblée, l’Omnisciente de l’Espace se présente comme une femme affirmée, franche et tranchante, au manque de tact parfois trop flagrant pour réellement parvenir à se fondre dans l’environnement nobliau de la Cour. Ce n’est pas qu’elle parle peu ; elle n’a par ailleurs aucun problème à exprimer son avis, d’autant plus lorsqu’elle est persuadée d’avoir de bons arguments en sa faveur. Cependant, elle ne s’exprime que peu sur sa vie personnelle ou ses émotions, et abhorre par-dessus tout les discussions qui ne lui apportent pas d’informations substantielles sur son interlocuteur. Elle parade comme une Dame de la Cour, sérieuse en tout temps, sans jamais laisser quiconque voir à travers les craquelures qu’elle s’efforce de cacher.

Avec les années, elle a acquis une réputation de calculatrice froide mais bienveillante, qui n’hésite pas à répondre au nom de la logique. La logique impliquant bien entendu aussi, à ses yeux, les dynamiques extrêmement complexes des relations internationales ou interpersonnelles. Mettre de côté ses émotions fait concrètement partie de ses attribution ; il faut parfois sacrifier son égo ou celui d’un autre afin de parvenir à un accord satisfaisant. L’important ne réside par ailleurs pas tellement dans le sacrifice de cet égo, mais bien dans les conséquences de ce sacrifice : irriter la co-régente se révélera souvent bien plus hasardeux que de froisser l’égo du ministre tentant de la convaincre. Ainsi va la vie politique.

Directe, elle ne perd pas de temps en tergiversations. S’il lui faut toujours analyser les données avant d’opérer, elle le fait avec exactitude mais surtout rapidité. Rester immobile lui fait horreur et devoir attendre une délibération la rend d’autant plus anxieuse. Une chance que son contrôle d’elle-même soit aussi évolué. De fait, elle revêt une attitude qui peut paraître à première vue comme rigide et arrogante — elle passe le plus clair de son temps à juger les autres et leur montrer qu’elle les juge, sans honte. Elle a confiance en ses capacités et en ses déductions dans son travail, ce qui peut aussi la rendre légèrement susceptible lorsqu’on tente de lui prouver le contraire. Elle reste cependant adaptable et, après un temps de vexation bien visible, se contentera de ré-analyser les données sous l’angle apporté par ses détracteurs. Il n’est pas rare qu’elle finisse par adhérer à de réelles bonnes idées auxquelles elle était premièrement opposée, y ajoutant son grain de sel afin de la peaufiner.

Astéria, qui ne semble jamais être atteinte par quoi que ce soit, est cependant une fausse calme ; si rien ne paraît du dehors, à l’intérieur, elle est chaos bouillonnant. Son frère lui disait régulièrement qu’elle était un coup de tonnerre ; vive et toujours réactive lorsqu’on lui marchait sur les pieds, mais lumineuse dans ses coups de génie. Cela ne l’empêche cependant pas d’être polie, malgré son envie insistante de prononcer à voix haute les insultes qui lui traversent l’esprit lorsqu’on l’irrite. Elle sait sourire, mais ne daigne que rarement l’octroyer à son interlocuteur, à qui elle ne cherche clairement pas à plaire. Son objectif n’est pas de se faire apprécier (ce serait bien raté), mais plutôt d’être vue comme ce qu’elle est : une femme intelligente qui mérite sa place malgré son jeune âge.

Et c’est certainement parce qu’elle en est particulièrement incertaine qu’elle s’est construit le personnage d’Omnisciente carrée et indestructible qui la poursuit et lui pèse aujourd’hui. Elle passe plus de temps à se demander comment bien faire son travail qu’à se demander comment être elle-même. Lorsqu’elle est seule ou abandonne la cape de son uniforme, elle semble retirer un masque et parvient davantage à sourire, à apprécier, à vivre. Dehors, loin du regard de ceux qu’elle côtoie, elle se permet de danser et chanter comme elle l’aime tant, de se lâcher comme la flamme furibonde qu’elle est. Certains apprentis auraient pu vivre quelques jours avec cette femme lors de certaines missions, très loin de la Cour, où elle peut se montrer plus chaleureuse et taquine, voire éméchée dans un bar, un peu trop bruyante, et surtout, sauvage comme un animal. Elle en serait même drôle et joyeuse, à la limite de l’indécence frivole…

Elle est une personne anxieuse. Ses jeunes épaules ne supportent que difficilement le poids de ses responsabilités, tout en les embrassant comme une opportunité qu’elle n’avait jamais espéré dans sa vie. Son manque de confiance envers les autres la pousse à se refuser à leur montrer la moindre parcelle d’émotion ou de faiblesse exploitable — sinon, c’est sûr, ses protections vont se briser, et ce ne sera pas joli à voir.

Si vous avez du temps à perdre, et que vous parvenez à dépasser cette couche d’insécurités, peut-être la trouverez-vous plus douce et affectueuse. Il y a encore beaucoup à en dire, et à en montrer.

Mais en attendant, bon courage.

Physique

Les longues vagues de ses cheveux roux attireront certainement votre attention au détour d’un couloir. Leur couleur flamboyante détonne particulièrement avec les murs blancs de la Cour ainsi que la cape bleu et vert des Omniscients de l’Espace, qu’elle porte régulièrement lorsqu’elle ne tente pas de passer incognito en mission. La plupart du temps attachés lors des réunions, afin de se garantir une apparence soignée, elle les lâche lorsqu’elle vagabonde — et Vanyar sait qu’elle aime vagabonder !

Petit nez pointu, bouche très fine ; elle a une apparence de jeune renarde qui contient son trop-plein d’énergie. Ses taches de rousseur ponctuent son visage et son corps comme les étoiles dont elle tire son prénom, et ses iris sont deux points bleu sombre qui rappellent le ciel de nuit. Dans ses yeux brillent sa chaleur et sa férocité, et sont certainement le seul indicateur visible de ses émotions pour qui sait encore les décoder. Elle est souvent figée dans la même expression attentive et concentrée, mais il lui arrive de tirer un sourire en coin ou hausser un sourcil de manière sarcastique ou taquine, parfois simplement amusée. Il ne serait pas non plus faux de dire qu’elle manie aussi bien l’art de la dague que celui du roulement d’yeux…

Sa posture est quant à elle droite et figée, et on ne soupçonne que peu sa souplesse ; en mission, elle se présente comme davantage nonchalante, balancée et rythmée, car elle est sur un terrain qu’elle connaît bien mieux que la Cour. Elle a la carrure d’une danseuse, fine mais musclée ; et sa petite taille, qui aurait pu être un désavantage pour beaucoup est devenu pour elle un atout. La rouquine est rapide, vive, agile et rusée ; elle se faufile sans un mal, passe autant inaperçue qu’elle est visible lorsqu’elle décide réellement de se montrer. Son seul défaut de furtivité réside dans ses cheveux qui, bien que plus discrets en étant attachés, lui valent d’être facilement reconnaissable.

Il est aussi à noter qu’Astéria s’habille de manière utilitaire et porte la plupart du temps l’uniforme des Médiateurs, hésitant à se montrer dans des parures trop luxueuses dont elle n’est pas friande. Ses seuls bijoux consistent en deux bracelets d'argent au poignet droit, ainsi qu’un pic à cheveux en métal terminé d’une plume, symbole de Vanyar, qui peut lui servir aussi bien pour se coiffer que pour un lancer de couteaux. Elle se maquille très peu, préférant laisser sa peau blanche à nu. Vivant dans la région très froide d’Australis, elle n’a pas vraiment pu expérimenter la joie du bronzage ni même celui de ne pas mourir de froid lorsqu’elle n’est pas couverte par des couches de vêtements suffisamment épaisses. La pauvre enfant est très frileuse, et s’est arrangée pour remasteriser son uniforme afin de le rendre plus chaud. Il est peu fréquent de la croiser en vêtements plus légers ou en robe, bien qu’elle apprécie malgré tout sa féminité. Il faut simplement avouer que les robes ne sont pas idéales pour se battre…

Ses mains sont encore légèrement rugueuses et possèdent quelques cicatrices dû au travail du bois durant son enfance et son adolescence.

Histoire

Thiiel n’est pas le pire endroit où vivre, lui a-t-on toujours dit. Cependant, ce n’est pas non plus l’endroit où elle aurait rêvé de finir ses jours.

Elle y est née, seconde enfant d’une famille d’ébénistes. Le travail du bois permettait à ses parents d’obtenir des revenus confortables pour vivre, mais ne les avait pas rendus riches pour autant. Les dépenses étaient mesurées en fonction des coûts et bénéfices, sévèrement, et le père d’Astéria, qui craignait plus que tout la disette, gardait toujours de l’argent de côté, parfois même en trop grand nombre. Ayant aussi un avis particulièrement arrêté sur les choses, il décida qu’une partie de ces revenus seraient alloués à l’éducation de leur premier enfant — un fils — afin de lui laisser davantage de chances dans la vie. Et potentiellement, de leur ramener plus d’argent, car, en bon marchand qu’il était, il n’investissait pas pour rien.
Astéria, elle, n’eut pas cette chance.

Elle était une fille — jolie, qui plus était, et qui ferait certainement des ravages à l’âge adulte, lui disait sa mère, se targuant d’être celle qui lui avait transmis les bons gênes. Quelle importance si elle était ou non capable de lire et écrire ? Tant qu’elle savait faire la cuisine, la couture, le tricot et le ménage, tout irait bien. Peut-être pourraient-ils la marier à un jeune noble ! Quel rêve ! Quelle audace ! Et puis, l’école coûtait cher, et ils mettaient déjà une fortune dans l’éducation de ce grand nigaud de fils (il avait intérêt à finir avocat, celui-là)…

La déception fut grande pour l’enfant, qui rêvait elle aussi d’aller sur les bancs de l’école, et d’apprendre à lire et écrire. Mais son frère, qu’elle aimait d’un amour tendre et qui l’aimait en retour, lui apprit ce qu’il savait. Et, malgré ses difficultés pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, car la pauvre petite mélangeait parfois les lettres, elle parvint avec beaucoup d’efforts et grâce à la patience de son aîné à déchiffrer ces séries de symboles qui lui semblaient auparavant si compliqués. Elle découvrit tant de choses qui la faisaient vibrer ! C’était comme découvrir, un matin, que le monde ne s’arrêtait pas à la montagne que l’on voyait au loin, ni même à l’océan ; mais qu’il y avait, peut-être, au-delà, des territoires à explorer.

Et en elle germa la graine de l’aventure.
Oh, bien sûr, elle n’en était pas encore là ; il lui fallut auparavant passer par davantage de remises en questions et de remontrances. Car petite Astéria était aussi turbulente et joueuse qu’elle était curieuse et passionnée ; et si ses parents parvenaient à accepter ses leçons clandestines du soir, ils refusaient pleinement que leur fille unique s’adonne à des jeux masculins ou oublie les bonnes manières. Tiens-toi droit ; ne parle pas trop fort ; tais-toi. Elle n’était considérée que par son frère ; et sa mère, qui pourtant l’aimait de tout son cœur, ne la soutenait pas pour autant. Alors elle se tenait droit, elle ne parlait pas trop fort, puis finit par se taire. Elle effectuait les corvées, écoutait son frère et son père parler lorsqu’ils s’occupaient du bois, tous les trois. Et lorsqu’elle était seule, toujours, toujours elle dansait…

Parvenu à ses seize ans, son frère quitta soudainement la Capitale, sans d’autres raisons que « l’appel de l’aventure ». Ses parents aigris et déçus, reportèrent davantage leurs espoirs sur Astéria ; et elle qui cherchait encore des moments de paix finit par étouffer définitivement. Elle qui entrait dans l’adolescence se devait d’atteindre toutes leurs attentes, sans exception. Heureusement, elle recevait encore des lettres de son frère ; et puis plus rien. Il a dû oublier leur existence ou mourir, le lâche.

Dans un coin de sa chambre, sur un petit bout de papier rectangulaire, elle traîne toujours aujourd’hui une peinture d’un endroit que son frère avait (probablement) visité. Elle cherche cet endroit depuis longtemps, sans grand succès.

Le temps passa ; elle se devait d’être une fille coquette, souriante, chaleureuse, mais silencieuse. L’enfer sur Terre pour la demoiselle qui ne rêvait que de mettre un coup de pied dans la fourmilière et d’enflammer le monde. Elle ne se fit pas grand ami. Peut-être un, qu’elle chérissait particulièrement, un peu têtu, très gentil et taquin ; malheureusement, la puberté eut raison de leur proximité, et elle préféra s’en écarter. Elle trouvait du réconfort dans la lecture, à défaut de pouvoir danser et chanter lorsqu’il lui plaisait. Passé seize ans, ses parents estimaient qu’il était plus que temps qu’elle se trouve quelqu’un ; et, après quelques recherches infructueuses, finirent pas trouver preneur (oui on parle malheureusement bien d’un être humain) en la personne d’un fils d’aristocrate, ma foi pas stupide ni laid, mais à l’égo si grand qu’il en prenait toute la place. Premières présentations hasardeuses. Sourire tremblant, figé, dégoûté, alors qu’il s’approchait pour faire un baisemain. Elle aurait vraiment préféré être ailleurs qu’ici. Par exemple dans sa chambre…

Moment amusant : Astéria disparut. C’est ainsi qu’elle découvrit qu’elle était téléporteuse…
Clignement des yeux, un « HEIN » qui s’échappe brutalement de sa bouche alors qu’elle se retournait en tous sens pour tenter de comprendre ce qu’il venait de se passer. Elle se précipita vers la fenêtre pour vérifier qu’elle n’hallucinait pas… Et dehors, elle aperçut un sourire amusé et un hochement de tête, qui lui procurèrent une sensation à la fois délicieuse et terrifiante dans le ventre. Ce cœur qui se serre, et cette réalisation, alors que l’Esprit de l’Espace disparaissait…
Eberluée, elle s’écarta de la fenêtre, plaquant une main sur ses lèvres pour retenir une exclamation. Elle croisa son regard dans la glace de sa chambre, et un sourire vint éclairer son visage… C’était le moment… C’était ça ? C’était bien ça ?! Elle n’hallucinait pas ?!

—OUUUUIIII !!! hurla-t-elle en sautant sur place, les yeux presque remplis de larmes. Merci ! Merci ! Merci !!

Pour la première fois depuis longtemps, Astéria parvint à se reconnaître dans son reflet. Il ne s’agissait plus de l’adolescente en robe qu’on désirait qu’elle soit, silencieuse et sage, mais bien d’une aventurière. Une leçon qu’il lui faudrait réapprendre des années plus tard…

Sans attendre, elle défit sa coiffure complexe, ne gardant de ses apparats que les deux bracelets à son poignet. Elle se changea, enfila des vieux vêtements à son frère, lorsqu’il était encore plus jeune. Le visage illuminé, déterminé, elle sortit de chez elle avec un sac et des provisions, ainsi qu’un lourd manteau sur le corps.

Son père, qui s’était précipité chez eux en comprenant ce qu’il venait de se produire, s’époumonait déjà contre elle. Sans un sourire, le menton haut, elle le fixa :

—Je pars. Et aucun de vous ne me retiendra.
—Tu ne peux pas-
—J’ai tous les droits.

Elle songea à la sortie de la ville, très fort, et demanda son aide à l’Esprit de l’Espace. Elle sentit la magie se faufiler dans son corps, picoter, l’embraser toute entière ; en un instant, elle se trouvait là-bas. Elle ne savait pas où elle allait. Peu lui importait : elle irait là où Vanyar la guiderait. Elle lui faisait confiance, comme il lui avait fait confiance pour la choisir, elle qui ne demandait rien.

Mais il lui avait offert la liberté, alors elle lui offrirait sa vie.


Les premières semaines en tant qu’Apprentie furent… complexes à gérer ; elle ne parvenait pas toujours à utiliser ses dons, et ne savait pas toujours dans quelle direction aller. Étrangement, toutes les rencontres qu’elle fit, hasardeuses ou non, semblèrent lui apporter pile ce dont elle avait besoin : de quoi la guider, la nourrir, ou simplement la mettre à l’épreuve. Elle rejoignit d’autres Médiateurs et se fit apprendre les rudiments du combat, de l’étiquette et de la magie ; elle s’y sentait comme chez elle. Tout ce qui lui manquait auparavant dans sa vie se goupillait parfaitement…

Les missions s’enchaînèrent ; elle y prenait de plus en plus de plaisir, et s’acharnait à atteindre la perfection inatteignable. Elle s’ouvrait davantage auprès de ses collègues Médiateurs, trouvant un réconfort et une ambiance presque familiale à ces gens venus de partout et nulle part à la fois, aux ambitions et objectifs si différents. Fervente, et animée par la passion du travail juste et de l’équité, elle n’hésitait pas à intervenir en cas de conflit entre deux personnes ou partis, tâchant d’aider à trancher, ou au moins permettre à chacun de se calmer. Cependant, le travail restait le travail ; et beaucoup lui reprochaient déjà son arrogance et son manque de tact. Mais qu’importait… Elle n’était pas ici pour se faire des amis, pas vrai… ? Savait-elle réellement ce qu’était un ami, au fond ?

Malgré tout, cela lui manquait. Des personnes avec qui partager. Oh, bien sûr, il y en eut ; certains avec qui elle parvenait à vraiment se lâcher, à agir comme la tête-brûlée qu’elle est. Vive, sans tourner autour du pot, mais toujours avec doigté, messieurs-dames.

Et un jour, Vanyar lui confia une mission. Elle ne s’était certainement pas attendue à devoir revenir à Thiiel pour entrer à la Cour et s’occuper des plus jeunes apprentis, ceux qui venaient d’obtenir leurs dons… Représenter son Esprit, parler en son nom, répondre aux diverses questions... Elle se plut dans ce rôle qu’on lui confiait, mais il l’obligeait à plus de retenue, et surtout à moins de frivolité — elle avait si peur de le décevoir que la pression qu’elle se mettait était immense. La ligne qu’elle traçait entre son professionnalisme et son comportement enflammé grossit davantage. Elle serait donc une flamme, mais une flamme froide, comme la neige qui parsemait Australis la moitié de l’année.

En réalité, il voulut la tester. La forcer à prendre ses responsabilités. Cela avait bien fonctionné ! Elle passa Omnisciente.

Et puis, un jour, Vanyar la voulut, elle, si jeune, dans le Haut-Conseil d’Australis. Double glups. Que pouvait-il bien lui trouver ? À part un certain perfectionnisme, il est vrai…

Ses parents reprirent contact avec elle — elle ne passait pas vraiment inaperçue, on rappelle — afin de lui demander de l’argent, en lui rappelant avec quelle bonté ils l’ont élevée. Bah… Pour ce qu’elle en faisait, de toute manière, elle pouvait bien leur en donner…

Astéria fut donc introduite au conseil à l’âge de 21 ans, en l’an 202 ; fort heureusement, Fëwen, Omniscient de Luinil, parvenait à apaiser ses craintes et la pousser à donner son avis avec confiance. Elle suivit visiblement un peu trop bien ces conseils, de l’avis de Naswen, dernier arrivé au conseil qui remplaça bien vite le précédent Omniscient d’Elentir. Elle s’affirma encore, se renferma davantage ; ces responsabilités lui pesaient sur les épaules et la rendaient plus distante encore, préférant allouer toute son énergie à sa mission. Il n’était plus question de jouer, aujourd’hui. Mais sans doute s’y prenait-elle mal. Remettre un peu de joie dans sa vie et ses interactions, cela pourrait être une bonne idée…

De nombreux changements politiques ébranlaient le monde, au cours de ces derniers mois… Et évidemment, elle était en plein cœur de tout ce fatras.

Grosse ambiance. Espérons que le monde ne se délite pas dans les prochaines semaines, elle le vivrait mal.

Il est grand temps de rallumer les étoiles.

Notes

+ Peur panique de la foudre
+ Peur modérée du feu (disons qu'elle évite de faire des bêtises avec)
+ Dyslexie légère, elle se fait généralement relire quand elle écrit
+ Tâche de naissance plus sombre au bas du dos
+ A quelques connaissances et "amis", mais vraiment en dehors du cercle du palais
+ Tendance à être en retard, n'arrive à l'heure (parfaitement habillée et coiffée, évidemment) que parce qu'elle est téléporteuse (cette chance...)
+ Gauchère


Et toi ?

  • Arisha, entre autre
  • Kotsu <3
  • Alors. Il est chou. Il est doux. J'suis tombée amoureuse du prédef. Je ne regrette rien, pas même les nœuds au cerveau qu'elle me fait déjà.
  • Validé <3

Naswen Kael
Omniscient·e
Naswen Kael
☆ Avatar : Gilbert Nightray, Pandora Hearts
☆ Messages : 163
☆ Doubles-comptes : Luinil
le Mer 4 Sep 2019 - 19:54
Bonsoir mademoiselle <3 j'aimais déjà Astéria, mon bb, d'amour de base, là je l'aime encore plus Astéria • Le calme apparent 3422682058 j'avais presque oublié comment t'écrivais bien blblbl

Trop trop hâte de RP à nouveau avec toi, ça va chauffer entre cette petite dame et Naswen Astéria • Le calme apparent 3097961510

Je te valide, c'est tout beau, tout propre, tout bien écrit, as expected Astéria • Le calme apparent 241551954
Astéria Anra
Omniscient·e
Astéria Anra
☆ Avatar : Pepper (OC) par Artgerm
☆ Messages : 76
le Mer 4 Sep 2019 - 20:14
Astéria • Le calme apparent 317916756 Merciiiii c'est adorable !! Et merci pour la validation rapide, tu roxxes du poney. Je suis tellement contente qu'elle te plaise, j'avais peur des partis-pris que j'avais-

Hâte de commencer le RP aussi héhé, je m'y mets tout de suite d'ailleurs Astéria • Le calme apparent 2910268764

Plein de paillettes Astéria • Le calme apparent 241551954
Asthan Riael
Dirigeant·e
Asthan Riael
☆ Avatar : Thorin Oakenshield (The Hobbit)
☆ Messages : 91
☆ Doubles-comptes : Vanyar & Mael Emrys
le Mer 4 Sep 2019 - 20:44
Bienvenue et bravo pour la validation o/
Hâte de croiser cette brave jeune femme en RP ^^

" n'arrive à l'heure (parfaitement habillée et coiffée, évidemment) que parce qu'elle est téléporteuse "
Cette phrase m'a fait tellement rire XD
Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Mer 4 Sep 2019 - 21:51
Pssst, on va faire des étincelles entre omniscients de Vanyar *v* Bravo pour cette belle présentation, raffinée et complexe !
Moktar BenYeled
Habitant·e
Moktar BenYeled
☆ Avatar : Hunk (Voltron) par Babypears
☆ Messages : 78
le Jeu 5 Sep 2019 - 10:56
PIHEDPIVHDXOIPH OIH
J'AI TOUT LU ! *O*
Bienvenue et j'ai hâte de voir cette chère dame en action, j'ai beaucoup trop aimé sa libération quand elle reçoit son pouvoir, c'était beau xDD
Alanor d'Australis
Dirigeant·e
Alanor d'Australis
☆ Avatar : Ft. Yuschav Arly
☆ Messages : 34
le Ven 6 Sep 2019 - 11:47
Avec un peu de retard welcome !
Je sens que ça va faire des étincelles entre nos petites demoiselles XD Hâte de RP avec toi en tout cas, ça fait trop plaisir de retrouver ton talent <3

Du love !
Contenu sponsorisé


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum