Le Deal du moment : -15%
Réduction de 15% sur la console Nintendo Switch ...
Voir le deal
196.29 €

Naswen Kael
Omniscient·e
Naswen Kael
☆ Avatar : Gilbert Nightray, Pandora Hearts
☆ Messages : 163
☆ Doubles-comptes : Luinil
le Dim 17 Mar 2019 - 14:54

Naswen Kael


  • Je n'en ai pas vraiment...
  • 24
  • Omniscient
  • Australis
  • Ralentir le temps

"La musique avait toujours eu un effet particulier sur moi. Elle m’avait toujours transporté. Avant, c’était via elle que je communiquais, bien plus que par les mots. Je la comprenais, bien plus que n’importe quel langage."


Caractère

Naswen est un jeune homme plutôt… discret. Il a tendance à s’effacer facilement, et à se sentir mal à l’aise quand il y a trop de monde. Il a horreur que l’attention soit tournée vers lui, et rougit très facilement. De fait, il a tendance à aimer être seul, et également à sortir le soir, lorsqu’il y a moins de monde dehors. En plus, on ne va pas se mentir, le climat très froid d’Australis est la parfaite excuse pour mettre une grosse cape et rabattre la capuche sur sa tête ; pouf, disparu. Enfin bon, il est un peu obligé de prendre sur lui depuis qu’il a été choisi pour faire partie du Haut Conseil d’Australis -quelle joie pour lui, vraiment (c’est faux).

Malgré cela, c’est un garçon très tourné vers les autres. Il a toujours fait passer les intérêts des autres avant les siens. Il est d’un naturel très doux, et très inquiet du bien-être des autres. Mine de rien, lorsqu’il se sent proche de quelqu’un, il peut se montrer très câlin. Voire collant, en fait. Il a aussi tendance à être plutôt possessif, voire jaloux (pas touche à sa sœur ok).

D’un naturel très calme, il réfléchit toujours beaucoup à ce qu’il fait. Enfin, presque. Quand il pète les plombs -c’est assez rare, mais ça arrive ; et c’est creepy-, il pense plus à grand-chose. Dans ces cas-là il lui arrive de se montrer agressif. Mais il faut vraiment y aller fort, et qu’il ne soit pas dans un bon mood de base. Il devient hautain, quand il est énervé. Aussi, quand il a l’impression que ses proches se mettent en danger ou qu’ils sont irresponsables, il peut s’énerver très facilement. Même s’il a tort.

Il est très susceptible, aussi. Pas par rapport à lui, mais lorsque l’on s’en prend aux gens auxquels il tient ; ou en tout cas ceux auxquels il est loyal. Ça a tendance à l’énerver extrêmement rapidement, pour le coup.

Physique

Naswen n’a pas forcément un physique exceptionnellement original. Il est cependant qualifié comme plutôt beau garçon, à n’en pas douter.

Il est plutôt grand, dans le mètre quatre-vingt ; pas trop grand non plus. Tant mieux, c’est pas très pratique d’être trop grand. Il est plutôt mince, en fait, avec sa taille il avait globalement l’allure d’un spaghetti il y a quelques années. Mais ça, c’était sans compter qu’il avait pris du muscle ; un peu par la force des choses, en fait. En tant qu’Apprenti, puis Omniscient, ses missions ont tendance à l’emmener dans des endroits improbables, parfois inaccessibles si tu t’essouffles au bout de deux mètres d’escalade. On ne s’attardera pas sur le fait que c’était typiquement le cas de Naswen au début, et que sans son pouvoir il se serait souvent écrasé par terre.

Il a une peau pâle, très pâle. Sa pâleur fait parfois flipper. Parfois teintée de rouge, soit de gène, soit de froid ; Australis n’est pas un pays connu pour ses bronzages exceptionnels.

Sur la pâleur de son front, retombent des mèches brunes et légèrement bouclées, avec un contraste plutôt saisissant. Ses cheveux sont impossibles à coiffer, et ne sont pas très loin de lui tomber devant les yeux.

Ses beaux yeux, qui auraient pu être sombres, ténébreux, et… ah bah non. Sans contexte, ils sont plutôt froids, bleus, très clairs. Cependant Naswen est très transparent de ses émotions par ses yeux, ce qui fait qu’il est assez difficile de considérer son regard comme froid. Tout dépend du point de vue, en fait.

La plupart du temps, il porte l’uniforme des Omniscients d’Elentir, étant donné qu’il travaille au palais d’Australis. Ce ne sont pas forcément ses vêtements de prédilection, lui qui préfère les choses simples et discrète, mais il s’y fait.

Histoire

Naswen a toujours vécu à Thiiel, la capitale d’Australis. C’était vraiment un petit garçon banal. Plutôt bon à l’école, il a suivi sa scolarité de A à Z sans problèmes. Vraiment, un petit garçon banal. Dans le genre qui reste au fond de la classe, qui ne parle jamais, et ayant très peu d’amis. Les seules choses qui l’intéressaient vraiment, c’était sa famille et la musique. Il a une petite sœur, que ses parents ont appelé Lily ; un prénom plutôt en vogue sur leur planète sœur spirituelle, la Terre. Sa sœur a pendant longtemps été son lien avec le monde extérieur, à l’époque où les gens le mettaient vraiment mal à l’aise. Il se sentait toujours mieux quand il était avec elle, plus serein, elle était son soleil.

Et puis il y avait aussi la musique, son deuxième soleil. Il en pratique depuis toujours, il joue du violon -si jamais vous vous posiez la question, il y a 200 ans, lorsque les Esprits ont repeuplé Sirthaal avec des humains, ils ont aussi importé leur culture musicale-. Pour lui c’est un moyen de s’échapper, mais aussi de communiquer. Pour lui, la musique a parfois plus de sens que les mots, et encore plus que les gestes. Il avait pour ambition d’en faire son métier, artiste, musicien. C’était l’une de ses seules ambitions dans la vie, et cela lui suffisait : il ne voulait pas d’une vie extravagante, à la cour, ou encore à se mêler des affaires des Esprits. Il en voyait passer, à Thiiel, des Apprentis et des Omniscients. Il les voyait courir partout, avec leur cape sur le dos, se baladant avec des petites pierres de couleur qu’ils semblaient tenir entre leurs mains comme si elles allaient les brûler, certains servant directement auprès de la famille royale. Bonjour les contraintes, le protocole, les devoirs et la pression. Non, vraiment, ce n’était pas son truc -bien qu’il sût que ce n’était pas à lui d’en décider.

Cela a tourné relativement court, cela dit. Il a croisé les doigts, hein. Mais à ses seize ans, soit à la fin de sa scolarité, il s’est retrouvé avec des capacités étranges, en particulier lorsqu’il jouait de la musique. Il a mis un peu de temps à s’en rendre compte, étant donné qu’il joue seul, la plupart du temps… ça s’est passé lors de sa première représentation publique. C’était pour le dernier jour de la fête du Temps, qui annonce le début de la nouvelle année. Cette fête concentrait de nombreuses activités et jeux, mais aussi diverses représentations artistiques. Outre le fait qu’il était mort de stress car c’était un moment important, et qu’il ne voulait décevoir ni le public, ni l’Esprit qu’il célébrait en ce jour par sa musique, Naswen ressentait encore autre chose, mais il n’arrivait pas à mettre des mots dessus ; un picotement au niveau de l’estomac, peut-être. Il a rapidement mis cela sur le compte de l’adrénaline, ça finirait par passer. Il y croyait.

Puis il avait commencé à jouer. C’était une sensation qu’il connaissait par cœur, le calme, l’apaisement, et la concentration. Il pouvait vraiment changer du tout au tout. C’était bien pour ça qu’il conservait son ambition de devenir musicien ; c’était parce qu’il savait que malgré son malaise en public, son violon pouvait tout balayer. Il n’y avait que la musique qui lui procurait tout cela. C’est là que cela s’est produit. Il a relevé les yeux de son instrument au bout de quelques instants, car il avait une impression étrange ; son archer a alors ripé sur l’une des cordes, provoquant un son pas très agréable -une grimace a déformé sa bouche, les fausses notes lui donnent des frissons dans le dos. Les yeux écarquillés, il fixait le public, face à lui, qui applaudissait ; pas très anormal, me direz-vous, seulement leurs gestes et mouvements étaient extrêmement lents. Comme dans une vieille scène au ralenti ridicule. Une mauvaise blague ? Naswen l’aurait cru, s’il n’avait pas, à cet instant, croisé le regard d’une femme, dans le public. Elle avait une aura de puissance qui l’entourait, le jeune homme le sentait et se sentait à la fois écrasé, intrigué, mais il se sentit se calmer aussi. Elle lui fit un clin d’œil, puis elle disparut. Ah. A cet instant, le public adopta à nouveau un comportement normal, avec une fréquence d’applaudissement décente. Il y eut un petit moment de latence, puis son professionnalisme poussa le garçon à reprendre, malgré la quantité phénoménale de questions qui explosaient dans sa tête. Il se demandait qui était cette femme ; pourtant, au fond de lui, il le savait déjà. Seuls les êtres doués de magie pouvaient disparaître ainsi. C’était un Esprit. Elentir, probablement ; c’était sa fête, après tout. Il savait, de réputation, que cet Esprit était particulièrement joueur et farceur ; aussi était peut-être bien une blague, comme il l’avait supposé au premier abord. Il savait cependant que ce n’était probablement pas aussi simple ; la sensation de picotement qui persistait au niveau de son estomac le lui confirmait.

Il lui fallut un peu de temps, mais Naswen finit par comprendre qu’il avait ralenti le temps, ce soir-là, pendant quelques secondes. Que le contrôle de lui-même que lui permettait la musique était la clé du contrôle de son pouvoir, qu’Elentir, Esprit du Temps, lui avait accordé. Pourquoi lui ? Il ne l’a jamais vraiment su. Peut-être à cause de la loyauté sans bornes qu’il pouvait développer envers les gens qu’il respectait. Et petit à petit, il a appris à respecter Elentir ; bien plus que simplement en tant qu’Esprit du Temps, mais aussi en tant qu’Esprit qui l’avait choisi, lui l’adolescent qui jouait du violon enfermé dans sa chambre.

Il est devenu Apprenti du Temps à partir de cet instant. Il travaillait toujours la musique, mais maintenant on lui donnait d’autres missions ; entre autres, aller récupérer les gemmes magiques qui sortaient çà et là de terre. Il était réellement réticent au début : c’était un gringalet, sans connaissances du monde extérieur. Néanmoins, côtoyer d’autres Apprentis et Omniscients, et Elentir, lui ont fait voir plus loin que son échelle à lui. Il faisait dorénavant partie de quelque chose de grand, qui devait le rendre fier : on lui faisait confiance pour protéger des gens, pour maintenir un monde debout. Cela lui faisait peur, il n’avait jamais appris à faire ce genre de choses ; néanmoins, petit à petit il s’est mis à ressentir de la fierté de faire partie de ce monde, sa loyauté envers Elentir -bien qu’elle lui en fasse voir de toutes les couleurs-, le poussaient à avancer.

Il a muri, et apprit à contrôler son pouvoir, pendant six ans.

Jusqu’au jour où Elentir est venue lui confier une mission particulière, extrêmement difficile pour lui. « Brave tes peurs ». A peu près. Rien qu’avec ces mots, il a eu peur. On lui a demandé de s’imposer auprès de la famille royale d’Australis. D’aller lui-même s’introduire auprès des régents, d’aller lui-même proposer ses services en tant que serviteur d’Elentir. Lui qui détestait se mettre en avant, et prendre ce genre d’initiatives, il était servi, là. La famille royale, et puis quoi encore ?

Néanmoins il s’est dit qu’Elentir avait une bonne raison de l’envoyer là-bas, et il avait appris à faire confiance à son jugement. Il s’est donc introduit à la cour, avec l’aide des Omniscients d’Australis qui côtoyaient déjà la famille royale. Ça lui a pris du temps, il a beaucoup pris sur lui, mais il s’est peu à peu fait sa place, dans ce monde noble et où les faux pas sont peu permis. Il a appris comment fonctionnait le pays, quel était le rôle des serviteurs des Esprits dans tout cela. Il ne savait toujours pas trop pourquoi il devait être là, mais il restait. Il a côtoyé beaucoup de gens, issus de milieux différents, du personnel, aux nobles, aux Omniscients ; il est relativement peu resté auprès de la famille royale, après tout pourquoi s’occuperait-il d’un petit Apprenti du Temps qui joue au stagiaire ? Au bout d’un an, Elentir est revenue vers lui. Il en a été soulagé ; bien qu’il s’était habitué à évoluer dans ce monde qu’il ne pensait jamais côtoyer un jour. Il allait pouvoir rentrer chez lui, reprendre ses missions habituelles. C’était ce qu’il croyait. « Tu es dorénavant gardien du Temps ». Omniscient. Il s’est décomposé. Cela lui fit peur. Les Omniscients ont de grandes responsabilités, ont un devoir de soutien et conseils auprès de leurs dirigeants. Il ne se sentait pas prêt pour cela. « Tu es également membre du Haut Conseil d’Australis, sur ma demande » AH, EN PLUS. On ne va pas se mentir, Naswen a légèrement tiré la gueule. Elle est où sa petite vie sans problèmes, sans drama de nobles et conflits politiques ? Eh bien, elle ne sera plus pour lui, désormais.

Mais c’est pas grave, il va survivre. Enfin, on espère pour lui.


Et toi ?

  • Kotsu
  • Je suis une des fonda, loul
  • blbl ♥
  • PAR LE POUVOIR DE L'ADMINISTRATEUR JE ME VALIDE



Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum