Le Deal du moment : -15%
Réduction de 15% sur la console Nintendo Switch ...
Voir le deal
196.29 €

Amil N.Duran
Habitant·e
Amil N.Duran
☆ Avatar : Rinkisha
☆ Messages : 49
le Lun 10 Fév 2020 - 22:52
" ...Elle l'est, assurément, mais je n'arrive pas à lui refuser quoi que ce soit. Mes enfants sont ma faiblesse. " Répondit le Roi, entre autre. A vrai dire, l'habile Amil avait eut du mal à écouter cette si courte phrase jusqu'au bout, trop concentré sur sa contemplation. Il faut dire qu'à mesure que la conversation avançait, il sentait le désir s'abattre lourdement sur lui. Il retint une grimace, tout cela ne lui semblait pas naturel, il y avait quelque chose de dérangeant la dedans. Il savait pertinemment qu'il n'avait jamais ressenti que de l'admiration à l'égard d'Asthan et cette soudaine affection qui le rendait tout chose avait quelque chose de malsain. Sûrement était-ce dû au fait qu'il voyait le Roi comme un parent plus que comme un amant.

" Pourquoi vouliez-vous me voir ? " Alors qu'il fixait le sol, pensif, Amil fut dérangé dans sa réflexion. Il redressa les yeux, les ouvrant grands comme des balles. Il ouvrit la bouche mais rien ne sortit, le souffle court face au visage d'Asthan qui venait de parler si innocemment. C'est qu'il l'admirait beaucoup, ce visage marqué par une vie douce et sans peine, il en observait chaque rides, ne voyant en elle que la beauté des tries qui parcourent la terre asséchées des déserts. Comment pouvait-il résisté à cette attirance ? Elle n'était que superficielle, légère et pourtant, déjà avait-il envie de s'y abandonner.

" Pour rien en particulier. Je n'ai pas besoin d'une raison pour passer du temps avec vous. " Répondit-il, un léger sourire narquois aux lèvres. Il reprit son air habituellement moqueur, se rapprochant du Roi tout en marchant. Il se glissa près de lui de sorte que son épaule le frôle sans pour autant le toucher. Amil usait de la séduction comme d'une seconde nature, sans s'en rendre même compte. Il était un serpent, sinueux et malin qui ne se demande pas pourquoi il rampe. En dépit des résistances qu’émettait la raison, le Conseiller voulait jouer. Il n'avait jamais été très bon pour lutter contre le vice.
Regardant droit devant lui, il poursuivit :

" Ces derniers temps, je trouvais que nous ne nous voyions trop peu... Non pas que je m'ennuis, mais je n'ai comme compagnie qu'une vielle pie et vous vous doutez bien que la conversation avec cette dernière peut s'avouer- ... Comment dire ? Redondante ? " Il se retourna, faisant brutalement volte-face alors que ses cheveux se soulevèrent dans un élan léger. Ils retombèrent en cascade argenté que le reflet du soleil accentua. Ses yeux d'ambres se posèrent sur son maître, roi et ami. Allait-il se prêter au jeu ou, comme Amil quelques secondes plus tôt, sentir qu'il ne s'agissait pas là d'une chose à faire ?
Asthan Riael
Dirigeant·e
Asthan Riael
☆ Avatar : Thorin Oakenshield (The Hobbit)
☆ Messages : 91
☆ Doubles-comptes : Vanyar & Mael Emrys
le Ven 28 Fév 2020 - 11:05


« Pour rien en particulier. » Les paroles d'Amil filèrent entre ses lèvres, douce mélodie aux oreilles du roi d'Arbor. « Je n'ai pas besoin d'une raison pour passer du temps avec vous. »

Les quelques mots du jeune homme fut les seuls qu'il attendait et les entendant enfin, Asthan fut comblé. Un tendre sourire étira à nouveau ses lèvres. Difficile d'expliquer pourquoi, mais il partageait l'avis de son ami de toujours et cela lui gonflait le cœur d'une joie indescriptible.

Amil le frôla, sans le toucher, bien qu'il ne passât que trop près de lui. Asthan aurait voulu le rattraper, le garder contre lui, mais avorta son geste dès que cette idée saugrenue germa dans son esprit. Amil était l'eau, insidieuse, insaisissable. Elle filait entre ses doigts, sans qu'il ne puisse la retenir. Toujours si près de lui, toujours fidèle, mais pourtant libre de tous ses gestes.

Il l'avait vu grandit, il l'avait guidé dans ce chemin qu'il pensait être le bon. Pas un seul jour Asthan ne regrettait de l'avoir épargner, d'avoir lier leurs destins. Il était presque comme un fils, à bien y réfléchir, et il ne saurait s'en séparer.

« Ces derniers temps, je trouvais que nous ne nous voyions trop peu..., reprit le Conseiller Royal, tirant son souverain hors de ses étranges réflexions et le faisant relever son regard vers lui. Non pas que je m'ennuis, mais je n'ai comme compagnie qu'une vielle pie et vous vous doutez bien que la conversation avec cette dernière peut s'avouer- ... Comment dire ? Redondante ? »

Mince, il n'avait rien écouté. Envoûté par l'ambre de ses yeux, Asthan tarda à répondre et le rire qui aurait pourtant dû être sincère fut étrangement plat.

« Je comprends. »

Pauvre sot, se dit Asthan dans son for intérieur, alors qu'il ne trouvait rien de mieux à répondre. Il se sentait ailleurs, perdu dans ses pensées, à des lieues d'ici. Heureux, malgré cet embarras naissant.

« Votre compagnie m'est agréable, Amil. »

Il parla sans réfléchir. Il savait que son conseiller ne le jugerait pas, il pouvait tout lui avouer, même l'étrange sentiment qui lui tordait soudain le ventre, n'est-ce pas ? S'il voyait Amil comme son fils, ses pensées actuelles n'avaient plus rien de celles d'un père. Et, plus il les chassait, plus elles revenaient le hanter. Il l'admirait, bien évidement, mais aujourd'hui, seuls à la lisière de la jungle, il y avait quelque chose de plus.

Ce n'était pas bien.

Que penseraient les gens ? Que penserait sa femme ? Il était temps de te taire, Asthan Riael.

« Je suis heureux de vous avoir à mes côtés, de pouvoir passer un peu de temps avec vous... » Il soupira, un souffle imperceptible lui souleva le torse. « Je ne serais pas grand chose, sans vous. »

Et soudain, il leva les yeux vers les branchages, vers le ciel. Il se tut un instant, puis reprit, d'un ton légèrement plus sec. Plus gêné. Comme un enfant prit sur le fait.

« Marchons un peu, je nous sens observé. »

Il pouvait y avoir un serviteur dans les parages, un explorateur dans la forêt. N'importe qui connaissant le visage du roi et celui de son conseiller, n'importe qui pouvant juger. Alors Asthan s'avança à nouveau, comme pour fuir les regards inquisiteurs, alors qu'il se fuyait lui-même.

PNJ
PNJ
☆ Messages : 12
le Ven 28 Fév 2020 - 20:19
Loran
Mentalist
Quel régal. Ô douces proies ainsi coincées dans mes griffes. Mon emprise n'a jamais connu de limite et aujourd'hui encore elle était sans égal. Ce sentiment de tout puissance avait un côté jouissif que je ne pouvais que transmettre à mes douces marionnettes.

Plaisir cupide et malsain que de me repaître de leur faiblesse d'esprit. Mais comment pouvais-je réellement leur en vouloir ? J'étais bien plus qu'eux.

Toutefois il ne fallait pas que je perdre de vue cet équilibre fragile que je me devais de garder. Appuyer sur des détails de leur propre âme, les influencer telle la voie de leur propre conscience, insuffler de nouvelles interprétations à ses pensées repoussées dans un coin.

Equilibre mis en péril quand le roi décide de lever le nez en l'air. Rapidement je cesse de balancer mes jambes dans le vide, plus rien ne saurait trahir ma présence dans ce feuillage dense mais ma victime - jusqu'ici docile - décide d'avancer.

Agacé je tente alors une nouvelle approche, me basant sur cet amour fraternel. L'un considérait l'autre comme un fils et l'autre comme une figure paternelle. Mais où était donc la figure maternelle ? La reine ? Sûrement pas.

Voleuse d'attention, voleuse d'amour.

La voilà donc grandir cette colère contre celle qui vous prive de vivre cet amour et peut importe la définition que vous pouviez y donner Amil. Car si elle sortait de l'équation, n'y aurait-il pas plus de place pour vous dans le cœur de votre bon roi ?
Amil N.Duran
Habitant·e
Amil N.Duran
☆ Avatar : Rinkisha
☆ Messages : 49
le Lun 2 Mar 2020 - 7:59

Amil semblait vivre un idylle, là, entouré d'arbres et au côté de son Roi. Il était jadis une figure paternelle pour lui, mais à présent que le poids de ses désirs l'écrasait, il oubliait tout sentiment platonique à son égard et n'éprouvait que peu de remords. C'est qu'il n'avait ni femme, ni enfant, ni Royaume. Le regard des autres, il y était habitué depuis que sa mère avait eut la bonne idée, pour le concevoir, d'aller voir dans une autre couche. Aussi se laissa-t-il volontiers enivré par les paroles de son maître et ami, l'écoutant sans mot dire, s'occupant simplement de sa voix qui était si rassurante à ses oreilles.

« Je suis heureux de vous avoir à mes côtés, de pouvoir passer un peu de temps avec vous... Je ne serais pas grand chose, sans vous. » Amil esquissa un nouveau sourire, satisfait. Se rendre indispensable pour l'homme qu'il aimait à présent, sans s'interroger une seconde sur ces sentiments si inédits et rapides, c'était tout à fait agréable. Il chercha quelque chose à répondre, de son habituel verbe gracile lorsque le Roi sembla soudainement attiré par autre chose.
Levant les yeux vers les branchages, il ne semblait guère serein et Amil ne put s'empêcher de regarder à son tour. Il remarqua bien du mouvement, mais rien qui ne sembla être inquiétant.

« Marchons un peu, je nous sens observé. » Et le Conseiller posa sur son Roi un regard surpris. Observé, disait-il ? C'était étrange, Amil était plus doué que lui pour sentir ce genre de chose et pourtant, il n'avait rien vu. Peut-être avait-il trop été obnubilé par la douceur du moment.
Toujours est-il qu'après un hochement de tête, il s’élança à la suite d'Ashtan qui désirait s'éloigner des regards indiscrets. Le cœur léger, aussi bien que pétrit de désirs interdits, il foulait le sol de la forêt en ne pensant plus qu'à une chose. Sa stratégie pour avoir Asthan, sa stratégie pour le séduire.
C'est alors que quelque chose d'autre glissa dans son poitrine. Un éclair qui lui paru bien trop vif glissa le long de ses artères pour comprimé chacun de ses muscles. Il connaissait cette émotion pour l'avoir énormément ressenti, plus jeune, mais il ne pensait pas qu'elle reviendrait, là, maintenant. Naturellement enclin à la colère, il ne fut pas difficile pour lui d'en être totalement envahit alors qu'il songea à la reine.
Certes, il ne l'avait jamais vraiment aimé, cette voleuse de Roi, mais de là à se sentir aussi vindicatif à son égard... Il s'arrêta brutalement, serrant ses doigts sur son haut, au niveau de sa poitrine. Quelque chose clochait, comment pouvait-il passer aussi vite du rire aux larmes, de l'amour brûlant à la rage dévorante ? Il plissa les yeux, tâchant de modérer cette colère qu'il ne voulait plus ressentir. C'était elle qui l'avait forcé, jadis, à entreprendre une vie de débauche, elle qui avait manqué de le tuer, plus d'une fois. Il ne voulait pas, il ne voulait plus en être l'esclave.
Mais elle était si naturelle, si enfouit en lui, si ancrée dans sa moelle qu'une simple étincelle allumait sans mal la mèche et lutter contre était une douloureuse entreprise. Il s'y contraignait, pour son Roi, mais savait qu'il avait déjà perdu.

« P-Pourquoi maintenant ?... » Murmura-t-il, toujours aussi perdu, fixant le sol. Après tout, la Reine, il la connaissait depuis presque vingt ans. S'il ne s'était pas interrogé sur le bien fondé de l'amour, émotion délicieuse, il n'arrivait pas à simplement se laisser emporté par la colère qui pouvait être bien trop meurtrière. Il luttait contre l'orage, lui, petite barque au milieu d'un océan d'éclairs.
Asthan Riael
Dirigeant·e
Asthan Riael
☆ Avatar : Thorin Oakenshield (The Hobbit)
☆ Messages : 91
☆ Doubles-comptes : Vanyar & Mael Emrys
le Lun 2 Mar 2020 - 13:39


Rien dans les hautes branches des arbres, rien dans les profondeurs de la forêt. Ils étaient seuls, sans personne pour les juger, alors pourquoi Asthan se sentait si oppressé ? Il mit naturellement sa soudaine angoisse sous le coup de la paranoïa. La mort -l'assassinat- de ses parents le hantait encore. Les raisons de cet acte demeuraient inconnus, les assassins trainaient toujours en liberté quelque part, qui sait si l'on ne réservait pas le même sort au nouveau roi d'Arbor ?

Des pas rapides résonnèrent dans son dos, mais ce n'était qu'Amil. L'homme était rapide, agile et surtout fidèle. Quelques fois, Asthan avait eu l'honneur de voir son jeune camarade en action. Malgré son entrainement auprès des meilleurs guerriers du Royaume, Asthan savait Amil bien plus fort que lui dans le maniement des armes.

Alors, non, avec lui à ses côtés, rien ne pouvait lui arriver. Il chassa donc ses craintes et reprit cette tranquille balade bucolique.

Tout semblait aller dans le meilleur des mondes quand soudain, Amil se stoppa. Inconsciemment, Asthan fit de même et pivota vers son ami. Il découvrit alors son Conseil en proie à une soudaine lutte intérieure, fixant le sol et marmonnant.

«  P-Pourquoi maintenant ?...  »

Le bon roi d'Arbor fronça les sourcils et s'approcha sans hésitation de son camarade. Sa main, chaude et rassurante, vint se poser une nouvelle fois sur l'épaule dénudée d'Amil, en signe de soutient.

« Amil ? demanda le roi d'un ton doux, mais marqué d'une certaine inquiétude. Que ce passe-t-il ? »

Les prunelles bleutées du souverain étaient noyées d'incompréhension et d'inquiétude, pourtant, elles tentaient de capter le regard du jeune homme. Là, il se glissait tout près de lui, dans l'espoir de saisir la raison de ce soudain malaise. Et si cela n'était pas assez clair, Asthan fut assez pataud pour préciser l'évidence à son ami.

« Vous m'inquiétez... »


Contenu sponsorisé


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum