-11%
Le deal à ne pas rater :
Réduction -34% sur la caméra sport DJI Osmo Action
249.99 € 279.99 €
Voir le deal

Joson Riaferwulf
Habitant·e
Joson Riaferwulf
☆ Avatar : comiss. du p. par m.tv69 & cattuchino
☆ Messages : 25
☆ Doubles-comptes : nn
le Sam 2 Nov 2019 - 13:51
Enfin libre, arrivé en début de journée à la tour, il avait fait tout le tour des fortifications avec le commandant de la brigade sur place. Puis, l'intendance avait pris le relais pour lui montrer le cellier et discuter du matériel. Les comptes, l'inventaire, ils avaient tout vérifier ensemble. Dans les grandes lignes bien sûr, il ne lisait que les rapport finaux. Les détails étaient pour la cour des comptes.

Donc, enfin libre, il avait échappé au commandant qui voulait l'inviter à une pèche, par une porte dérobée.
Joson a besoin d'air, de marcher,
il se remémore en pensée, faisant les cent pas, la journée.

Il va définitivement revoir le programme d'entrainement sur tout le pourtour, il y a trop de laisser aller.
Lors de sa tournée il a pu remarquer un certain manque de forme de la part de ses soldats. Il ne peut pas tellement les blâmer : la nourriture est très riche sachant qu'ils bordent l'un des plus grands lacs de l'empire, les plats sont empli de poissons en tout genre, et, particulièrement à se guet-ci qui borde la frontière avec Arbor, il possède une richesse de gibier sans pareil, car souvent celui-ci s'aventure un peu trop loin de la forêt de leur voisin.

mais à peine eut-il le temps de s'éloigner d'une centaine de mètre de l'édifice qu'on le héla de la tour. Se retournant il vit au loin, de l'autre côté de la frontière, un groupe se diriger droit sur eux. Un petit comité mais comité étranger tout de même. Alors au pas de course il revient sur ses pas, donnant rapidement des ordres aux soldats anxieux pour qu'ils mettent tout en ordre. Évidemment, il invite le commandant des lieux, avec ses meilleurs éléments, à lui faire office de gardes, bien qu'il fut hors de question que son statut soit divulgué (pour la rencontre, il sera lui-même, commandant de cet ouvrage). Ils montèrent en haut de la tour, et, une fois que les cavalier furent au devant de leur palissade, il clama haut et fort pour leur ouïe :

Halte-là ! Vous êtes aux portes de l'empire ! que nous vaut cette visite ? énoncez vos rangs et intentions !

et les archers, aux meurtrières, ont leur arc bandé.
Amil N.Duran
Habitant·e
Amil N.Duran
☆ Avatar : Rinkisha
☆ Messages : 49
le Mar 5 Nov 2019 - 8:48
Amil n'aimait pas spécialement s'éloigné de la capitale. Non pas qu'il soit frileux à l'idée d'explorer la Jungle ou de changer d'air, non, rien à voir. Seulement, il savait que certains de ses anciens amis rôdait toujours et se souvenait de lui et de sa trahison, il savait également qu'il ne pouvait pas placer toute sa confiance dans les gardes Royaux qui, comme tout le Royaume, avait la fâcheuse tendance de le voir plus comme le bâtard, menteur et assassin, plus que comme le Conseiller de la Couronne.
Juché sur son cheval, une bête larges aux sabots énormes et aux fanons formant une cloche autours de ceux-ci, rendant ainsi plus facile sa progression dans les milieux marécageux et la boue - mais bien plus complexe quant aux chemins exigus - Amil était encadré par deux gardes en armures qui, eux-mêmes, chevauchaient le même type de créature. Cela faisait plusieurs jours déjà qu'ils poursuivaient un figitf - les gardes, pas Amil - et voyant que toute cette chasse patinait, l'on en était venu à la conclusion que le dit criminel s'était réfugié ailleurs, sûrement dans l'Empire des Eaux. Aussi, s'approchèrent-ils d'une grande palissade, frontières entre deux jardins aux reliefs assez différents.
Amil arrêta sa monture sans en aviser les gardes qui mirent une demi-seconde à faire de même. Il leva les yeux vers ces meurtrières qui l'observait et, calmement, il attendit.

" Halte-là ! Vous êtes aux portes de l'empire ! que nous vaut cette visite ? énoncez vos rangs et intentions ! " S'écria alors une voix, venue d'en haut. Le Conseiller retint un soupir, il ne valait mieux pas montrer son ennui, cela était parfois vexant, parait-il. Il préféra plutôt lâcher les brides pour, les mains à plats, se désigné lui et les deux gorilles à ses côtés.

" Je ne suis que l'humble Amil... Amil Duran, le Conseiller Royal d'Arbor. Le Roi m'envoie, ma mission est de la plus haute importance. " Il marque un pause, un sourire narquois aux lèvres. " Et ces deux bons hommes ne sont que des gardes, rien de plus. Voyez-vous, nous avons récemment perdu un de nos prisonniers et nous redoutant que celui-ci se soit enfuit chez vous. " Il reposa les mains sur l'encolure de sa monture, celle-ci souffla, agita un instant la tête et puis, Amil reprit, le visage de nouveau impassible. " Ne serait-il pas plus agréable de ne point me forcer à joué de la voix ? "
Joson Riaferwulf
Habitant·e
Joson Riaferwulf
☆ Avatar : comiss. du p. par m.tv69 & cattuchino
☆ Messages : 25
☆ Doubles-comptes : nn
le Mar 5 Nov 2019 - 16:48
L'une des raisons de la méfiance de Joson, en dehors de la politique du pays en général, est l'évidence présente : le groupe était loin de ressembler à des marchands ou des paysans. Ainsi était-il suspect. d'autant plus que de nos jours, ont utilisait plus les téléporteurs qu'autre chose pour se déplacer d'un pays à l'autre.
Devant l’annonce du rang du fameux Amil il ne se retint pas d’hausser les sourcils, le conseiller royal, rien que ça...

Un conseiller royal pour poursuivre un brigand ? Ce prisonnier doit vous être cher....

Tout cela n'était qu'une boutade, il avait entendu les rumeurs qui couraient sur le conseiller du roi Asthan à la cour de l'empire, mais il ne l'avait jamais vu en personne. Joson leva une main pour abaisser les arcs, et que le passage s'ouvre. Le voilà qui était curieux de cette personne. Il les laissa rentrer sans rien ajouter, il avait déjà tourné le dos pour descendre tout en bas de l’édifice en vue de les accueillir.

Arrivé au pied de la tour, il attendit que les hommes se démontent et que les palefrenier embarque les bêtes à l'écurie, avant de s'avancer auprès du petit groupe, lui-même collé par deux "gardes" qui étaient nulles autre que le véritable commandent des lieux ainsi que son lieutenant. Lui même tendit sa main ganté pour le saluer.

Joson Riaferwulf, commandent de cette tour de guet, la traversée a du être longue jusqu'ici de votre palais, voulez-vous rentrer pour vous sustenter et discuter de votre préoccupation ? Désolé pour la rudesse d'accueil, nous recevons rarement de la visite de "l'autre côté", d'autant moins de votre rang.      

et derrière lui, des soldats en salut étaient rangés de par et d'autre de l'entrée de la tour.
Amil N.Duran
Habitant·e
Amil N.Duran
☆ Avatar : Rinkisha
☆ Messages : 49
le Jeu 7 Nov 2019 - 20:08
" Un conseiller royal pour poursuivre un brigand ? Ce prisonnier doit vous être cher.... " Répondit alors la voix impertinente, gagnant une légère grimace agacée de la part d'Amil. Passait encore que les membres de la cours chuchotent dans son dos, mais il n'appréciait guère ce genre de plaisanterie, surtout venant d'un homme qui ne connaissait rien des événements.
Cependant, le passage s'ouvrit alors, laissant voir l'autre côté de cette frontière qu'Amil n'avait jamais franchit autrement qu'en téléporteur. Le Conseiller pressa ses étriers sur les flancs de sa monture, lui intimant d'avancer et, suivit par ses deux gardes du corps, il passa la barrière qui leur été enfin ouverte. A peine eut-il le temps de démonter, gracieux et alerte comme à son habitude, qu'une palefrenier vint séparer le cavalier du cheval. Amil le laissa faire, levant les yeux sur les trois compères qui étaient venus les accueillir assez rapidement.
Amil se redressa, face à lui. Il joint les mains dans son dos, droit et fier comme à son habitude. Il détailla celui qui sembla se démarquer des autres, sembla le jauger avant que celui-ci ne tende sa main ganté. Le visage fermé, l'homme aux cheveux cendrés accepta ce geste et détacha sa main de son dos pour venir serrer celle du soldat de l'eau.

" Joson Riaferwulf, commandent de cette tour de guet, la traversée a du être longue jusqu'ici de votre palais, voulez-vous rentrer pour vous sustenter et discuter de votre préoccupation ? Désolé pour la rudesse d'accueil, nous recevons rarement de la visite de "l'autre côté", d'autant moins de votre rang. " Dit-il. Amil ne put que notifié que cet homme avait apprit le protocole comme il se devait. Il n'y avait rien à dire de plus sur lui, pour le moment, il était sobre autant de part son physique que par son comportement. Déjà ennuyé, le Conseiller espérait trouver un je-ne-sais-quoi chez son interlocuteur qui rendrait cette entrevue moins longue.
Derrière lui, les soldats s'agitèrent un peu sans pour autant paraître indiscipliné. Manger, voilà ce qui avait attirer leur attention.

" Cela sera avec grand plaisir, comme vous pouvez le constater, mes hommes ont faim. " Il montra ces hommes avec la paume, un léger sourire aux lèvres. Ces derniers ronchonnèrent, ils trouvèrent sûrement qu'être appeler " mes hommes " était trop ambitionné de la part d'Amil, mais il en avait cure. Parcourant du regard l'endroit, il chercha un escalier ou une entrée menant à un endroit où ils pourrait s'installer avant de simplement poser les yeux sur le dénommé Joson.

" Je ne serais pas long, rassurez-vous. " Il pencha légèrement la tête sur le côté, faisant danser ses longs cheveux. " Je vous suis. "
Joson Riaferwulf
Habitant·e
Joson Riaferwulf
☆ Avatar : comiss. du p. par m.tv69 & cattuchino
☆ Messages : 25
☆ Doubles-comptes : nn
le Ven 8 Nov 2019 - 10:54
Il hocha brièvement la tête devant le constat puis se détourna. Il se dirigeait vers l'entrée avec ce qui pourrait s'apparenter à un pas de course, mais qui n'était pour Joson que son allure naturelle. Après tout, il avait de grandes jambes, il fallait bien en faire usage.

La tour était large, mais ses escaliers étroits. Les soldats ne logeaient pas ici (iels avaient des quartiers en retrait du guet, plus proche du lac) mais possédaient tout de même des salles de repos au sein de la structure. Il ne leur fallu monter qu'un étage pour arriver dans l'une d'elle. Elle était tout ce qu'il y avait de plus minimaliste dans le rustique. Il n'y avait de place pour la décoration, que si celle-ci était fonctionnelle (tels des peaux de renard ou sanglier, des tapis, en vue de garder un peu de chaleur dans la pièce toute en pierre).

Joson ne tira pas de chaise pour son invité, il avait vite appris que certain homme le prenait assez mal lorsqu'on utilisait ce genre d'étiquette envers eux. Il s'asseye donc directement, les invitant à faire de même. Le commandant et le lieutenant quand à eux, restèrent debout derrière Joson, plus par déférence qu'autre chose. D'ailleurs à peine avait-il eu le temps de s'installer, qu'on leur apporta des coupes de vin chaud. Il en bu une gorgée sans un mot, puis, au bout d'une dizaine de seconde, alors qu'il faisait tourner le breuvage dans sa coupe, il apostropha ses propres hommes :

Lieutenant Ulf, nous avons eut une unique autre visite ces derniers jours n'est-ce pas ?

La réponse du commandant Ulf se fit sans attendre : " oui mon commandant, une caravane marchande ". Joson bu une nouvelle gorgée pendant sa réponse, puis il appuya son discourt.

Sergent Bomero, allez-nous chercher le registre concerné voulez-vous.

" Tout de suite mon commandant ". Et alors que le sergent se dérobait, un soldat entra avec un plateau de fromages et de poisson grillés, un pain sous le bras. Il déposa le tout sur la table, avec quelques couteaux. Joson ne se servit point, il n'avait aucunement faim.
Amil N.Duran
Habitant·e
Amil N.Duran
☆ Avatar : Rinkisha
☆ Messages : 49
le Jeu 21 Nov 2019 - 11:15
Maintenant planté au milieu d'une pseudo salle à manger austère, Amil joignit ses mains dans son dos, silencieux et droit. L'endroit n'avait rien de la salle de banquet dans laquelle il avait l'habitude de se sustenté, d'un autre côté, ce n'était pas pour gêné Amil qui s'était toujours plus ou moins senti écrasé par le magnifique qui l'entourait entre les murs du palais de Riwe.
Son hôte s'asseya sans attendre, l'invitant à faire de même. Le Conseiller Royal posa sur la chaise qu'on lui proposer un regard qui ne cacha pas son mépris, il s'avança et glissa ses mains sur le bois avant de la tirer puis de s'y asseoir avec toute la délicatesse dont il pouvait faire preuve et qui lui était naturelle. A ses côtés, les soldats en armure ne mirent que quelques secondes à l'imiter, le tout dans un clinquement d'armure insupportable. S'ils furent séduit par le vin chaud, en prenant tous deux une coupe, Amil, lui, se contenta de ne rien faire. Il posa son regard ambré sur Joson, calme et patient. Enfin, après avoir but une bonne gorgée, le commandant se décida à parler.

" Lieutenant Ulf, nous avons eut une unique autre visite ces derniers jours n'est-ce pas ?
- oui mon commandant, une caravane marchande.
- Sergent Bomero, allez-nous chercher le registre concerné voulez-vous. " Et le sergent en question s’éclipsa aussitôt, laissant place à un autre soldat qui apporta du fromage et du poisson, déposant le tout devant les trois arboriens. Amil glissa vaguement son regard dessus puis il leva les yeux. Il n'avait pas faim et même si cela avait été le cas, il ne mangeait pas la nourriture que des inconnus lui proposaient. Vieux réflexe.
La caravane marchande, cependant, attira son attention lorsqu'elle fut mentionner. Le fugitif aurait facilement put s'y cacher et échapper à la vigilance des habitants de l'Eau qui l'auraient tout de suite repérer s'il avait prit un téléporteur. Le Conseiller, pensif, fronça légèrement les sourcils.

" Dites moi, avez-vous effectuer un quelconque contrôle sur cette caravane ? Je veux dire... En profondeur. " Et un léger sourire narquois se glissa sur ses lèvres. " Non pas que je remette en doute vos capacités, seulement, certaines choses auraient put échapper à votre vigilance. " Et sa phrase se finit sur le son mélodieux d'une mâchoire déchirant du pain. Ses soldats ne l'avaient pas attendu pour manger et même s'il l'avait voulu, ils ne l'auraient pas écouter.
Joson Riaferwulf
Habitant·e
Joson Riaferwulf
☆ Avatar : comiss. du p. par m.tv69 & cattuchino
☆ Messages : 25
☆ Doubles-comptes : nn
le Dim 24 Nov 2019 - 21:18
Les soldats arboréens manquaient cruellement de classe, mais c'était de même pour ceux de l'empire ; il y avait quelque chose de simple et chaleureux dans leur façon de s'attabler sans plus attendre, quelque chose qui plaisait à Joson. Il se para d'un sourire affectueux envers eux tandis que leur supérieur prenait la parole.
piquant, le petit, il n'en attendait pas moins venant de quelqu'un de sa caste. Son sourire s'élargit même, c'était d'un drôle, mais il ne riait pas, c'était très drôle oui, de cette incongruité qui vous offre un large sourire.

L'empire, faire des contrôle autre "qu'en profondeur" au abord de sa frontière ?! et son ton voulait tout dire, il riait en lui de cette remarque, après tout il l'avait cherché plus tôt, voilà un juste retour de bâton, Joson se faisait taper sur les doigts par le conseiller, va donc ! ça le faisait presque rire. J'ai bien peur qu'il faille nous apprendre les contrôles tout en légèreté, certain nouveaux marchands refusent de passer par la route après une première fois, apparemment, nos mines ne sont pas très appréciées. Grand bien leur en fasse, nous les retrouvons aux téléporteur, et souvent, malheureusement même, il n'y a pas de troisième fois ! C'est qu'ils n'ont pas encore du trouver de voie maritime pour aller au coeur de notre contrée.

Il retint un tout petit rire, passons outre, il entendait quelqu'un arriver par les escaliers :
le lieutenant "sergent" le rouge aux joues arrivait. Il vint poser le lourd manuscrit qu'il avait sous le bras sur la table. Joson après l'avoir remercier d'une main, l'ouvrit rapidement de l'autre à l'avant dernière page ; le scribe avait déjà commencé à répertorier la visite du conseiller. Il tourna ensuite le registre en direction d'Amil, tapotant la page du doigt.

La rencontre est consignée ici, tout était en ordre, un cargo de fagot d'un bois peu commun ; en notre empire, ça se vend bien chez la haute bourgeoisie et la noblesse. Le compte complet du cargo, ainsi qu'un détail des personnes dirigeant la caravane, trois, un jeune, deux hommes plus mature, r.a.s. Donc soit votre ami a entrepris un autre chemin, soit il a menacé ou conclut un pacte avec le marchand. Le second homme mature est répertorié comme employé simple, est-ce que sa description vous parles ? il souligna du doigt l'endroit de la description physiqueDans tout les cas, le marchand et le jeune ne semblait pas en situation de détresse quand l'inventaire à été fait.

Il soupira tout en revenant se caler contre le fond de sa chaise. Il prit le verre à nouveau dans ses mains pour boire une seconde gorgée.

Comprenez-bien, j'espère avoir tord et que votre gus a fait demi-tour pour aller longer la côte et prendre un bateau pour ailleurs, car il n'y aurait rien de plus fâcheux qu'un homme dangereux d'un autre pays se balade en toute liberté dans le notre. A tout hasard, avez-vous des avis de recherche sur vous ?
Contenu sponsorisé


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum