-57%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe à induction Samsung avec charge rapide sans fil ...
14.99 € 34.99 €
Voir le deal

Vanyar
Esprit de l'Espace
Vanyar
☆ Avatar : Vanyar, par Luinil <3
☆ Messages : 31
☆ Doubles-comptes : Asthan Riael & Mael Emrys
le Dim 13 Oct 2019 - 20:17


Arizael et Vanyar avaient rendez-vous. Pas un rendez-vous amoureux, non, mais une sorte d'entretien professionnel pour discuter des conditions de médiateur, de ces missions, de la vie en générale... Bref, un petit suivit que Vanyar aimait organiser avec ses Omniscients et Apprentis. Prendre des nouvelles des siens, cela lui semblait important. En profiter pour faire la fête et s'amuser l'était encore plus.

Ce jour-là, Vanyar décida donc de rendre une petite visite à Arizael, au coeur de la République de Cristal. Il connaissait bien le jeune homme, c'était un médiateur depuis quelques années à présent et Vanyar devait avouer apprécier ce brave garçon. Un peu trop, peut-être, il espérait ne pas faire d'erreur en lui accordant autant sa confiance. Répéter les fautes du passé n'était pas une perspective qui l'enchantait.

Quoi qu'il en soit, l'Esprit de l'Espace s'était confectionné pour l'occasion un joli haut de satin émeraude -assorti à ses yeux- au pourtour brodé d'entrelacs et de plumes d'or. Un véritable travail d'orfèvre, vu la finesse et la délicatesse des broderies. Un simple pantalon de couleur plus foncée complétait sa tenue, ainsi que deux belles bottes de cuir brun et quelques bracelets clinquants. Une brève description, pour une séance d'habillage qui avait duré une bonne heure, sans compter l'interminable moment passé devant le miroir à se contempler et à se coiffer.

Enfin, il était prêt. Et malgré le temps gaspillé à se préparer, il était quand même en avance. Eh oui, ils avaient rendez-vous dans deux mois.

La notion de "rendez-vous" échappait complètement à l'Esprit de l'Espace. Réserver une date, prévoir les choses à l'avance pour avoir le temps de s'y préparer... Un truc d'Elentir. Vanyar était pourtant organisé, mais il faisait les choses au gré de ses envies et non en suivant un rigoureux planning. Mettre un peu de surprise dans sa vie, d'imprévu, cela lui plaisait. Cela était théâtral, comme lui.

La notion d'intimité lui échappait également. En tant que maître de la téléportation, aucun mur ne lui bloquait le passage, aucune porte close ne lui interdisait l'accès à un endroit ou à un autre. Il pouvait, littéralement, aller là où il voulait, quand il le voulait, sans s'encombrer de voyages interminables, sans arriver en retard. La belle vie, en somme.

Faisant comme chez lui, il s'était donc glissé chez Arizael de bon matin. Ce qui est à toi est à moi et ce qui est chez toi est chez moi, quelque chose comme cela. Et accroupi au bord du lit, bras croisés sur le matelas pour y poser sa tête, il le regardait dormir.

Le réveiller aurait été d'une terrible impolitesse, vous ne croyez pas ?

Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Dim 13 Oct 2019 - 22:34

Je sens les premiers rayons de soleil qui passent entre les rideaux, mais je ne me lève pas tout de suite. J'adore cet entre-deux douillet où je dors encore à moitié, où le monde se résume à ma couette et où je n'ai aucune obligation. Et puis, c'est mon jour de congé, je peux prendre mon temps... Je vais enfin pouvoir retaper le placard de la cuisine, j'ai trouvé le papier parfait pour tapisser le fond. Il faut aussi que je mette au propre les derniers comptes-rendus de mission sinon je vais être en retard. Et je dois retrouver Nikil au parc, je vais enfin rencontrer son nouveau chien et on pourra parler de nos semaines respectives. Et finalement j'irai faire un tour au temple, je veux y aller depuis plusieurs jours mais j'en ai pas eu le temps. Bref, une journée tranquille, je pourrais peut-être même avancer sur ma couverture en patchwork !

Je sors la tête de l'oreiller mais je n'ouvre pas complètement mes paupières. Pas trop de lumière dès le réveil, je suis contre la violence. Je les entr'ouvre juste assez pour m'assurer que tout va bien : je distingue la forme familière des meubles en pin, la pile de vêtements est telle que je l'ai laissée hier et près de mon réveil il y a- Quelqu'un ?!

Je replonge directement la tête dans l'oreiller. Putain. Est-ce que j'ai ramené quelqu'un hier soir ? Je ne me souviens pas avoir ramené quelqu'un hier soir. Qu'est-ce que j'ai fait hier soir ? Voyons... J'ai accompagné des amis à l'assemblée générale des charpentiers et on a bu un verre après tous ensemble à la fin. Il y avait une bonne ambiance et... c'est tout. Mais si j'ai passé la nuit seul, qui est chez moi alors ?

La pensée qu'il puisse y avoir un voleur et que je sois trop con pour m'en être rendu compte me réveille tout à fait. Putain. Je sors de sous la couette en sursaute et, prêt à attraper mes aiguilles à tricot en métal sur la table de chevet, je passe en revue la chambre, les yeux grand ouverts.

Maintenant que mon corps est complètement réveillé, je ressent un picotement caractéristique dans le haut de la nuque. Non, quand même pas... ? Mais mes mes yeux me confirment ce que mon corps perçoit lorsqu'ils se posent sur le bord de mon lit. Nonchalamment appuyé sur le matelas, Vanyar me fixe de ses yeux vert beaucoup trop profonds. Il a son apparence habituelle, celle d'un beau jeune homme blond savamment décoiffé, portant des vêtements soyeux et des bijoux brillants.

Je passe ma main dans mes cheveux, machinalement, près de ma nuque sensible. En un instant, je prends conscience que ma bouche est ouverte et que je devrais la fermer, que je suis torse nu sous le regard insistant d'un Esprit, qu'il y a du bazar dans ma chambre, que se bazar comprend un roman cucul la praline ridicule posé sur ma table de chevet, que je suis encore moins bien coiffé que d'habitude et que, putain :

- Il est deux mois trop tôt !

Je m'agite dans mes draps pour cacher le fait que mon visage est en train de virer au cramoisi. Quand je sors du lit pour attraper un tee-shirt, j'ai déjà accepté, blasé, le fait que les Esprits n'en font qu'à leur tête et que ça ne sert à rien de protester. J'enfile mon haut et je lâche en râlant :

- Tu peux passer à la maison mais faudrait juste prévenir avant.

Je traîne mes pieds nus sur l'épais tapis d'Arens. Arrivé à l'encadrement de la porte de la cuisine, je me retourne et je le regarde. J'ai fini par m'habituer à voir Vanyar, à son caractère désarmant, si ancien dans un corps si jeune. Mais le voir chez moi, c'est nouveau. Et qu'est-ce qu'il vient faire là ? Il a choisi de son plein gré de venir me rendre visite, juste parce que tel était son bon désir ? Je ressens une bouffée de bonheur et de gratitude. C'est vrai, putain, un Esprit m'a choisi. Et le meilleur de tous (pardon Luinil, pardon Elentir). Et il choisit de venir me voir. Je l'adore et je le déteste en même temps. Alors je lui dis :

- Thé ou café ?
Vanyar
Esprit de l'Espace
Vanyar
☆ Avatar : Vanyar, par Luinil <3
☆ Messages : 31
☆ Doubles-comptes : Asthan Riael & Mael Emrys
le Jeu 17 Oct 2019 - 20:26


La bouche entrouverte, le corps à moitié nu, Arizael resta un instant sans voix devant cette apparition quasi-divine. Et cela fit sourire Vanyar. Il aimait ça, à vrai dire, ce petit effet qu'il faisait aux humains, et il s'en délectait. Rien de bien méchant en soit, juste une trop grande taquinerie. Son médiateur s'empourpra, haussa le ton, mais la seule véritable réaction de l'Esprit fut de sourire encore plus.

Dans sa grande bonté, il le laissa se lever et se vêtir, alors que lui-même se redressait simplement pour mieux l'observer. Avec la même insistance, le même intérêt qu'en face d'une oeuvre d'art. Voyeur, le Vanyar ? Un peu, oui. Il ne prit pas le temps de relever le fait qu'il était venu deux mois trop tôt, ni même le fait qu'il aurait dû l'avertir de sa venue. Une surprise est une surprise, on ne prévient pas ! Et puis, il savait qu'Arizael était content de le voir, au fond. Il le sentait.

A moins que ça ne soit encore une divagation de son trop grand ego.

Quoi qu'il en soit, le médiateur prit la direction de la cuisine, confirmant les pensées de Vanyar et ce dernier ne tarda pas à enfin lui répondre.

« Du thé, je te prie ! Le café a cet effet excitant très désagréable et ternit mes cheveux si délicats. »

Cheveux dans lesquels il passa évidement sa main, les plaquant en arrière dans un geste expert et savamment calculé. Et, quand il croisa le regard -admiratif- d'Arizael sur sa noble personne, il lui offrit un clin d'oeil complice. Bim, en plein cœur, mon chou.

Il laissa ensuite un semblant d'intimité à son jeune médiateur, profitant qu'il soit à la cuisine pour faire comme chez lui et toucher à tout. Les babioles qui traînent par-ci par-là, ce bazar mal rangé. Rien n'échappa à sa curiosité mal placée. Il prit ce roman cul-cul la praline dans sa main et balada son regard sur la couverture niaise à souhait. Pas qu'il soit en train de juger les goûts littéraires d'Arizael mais... Il reposa le bouquin à sa place et rejoint son médiateur à la cuisine, en quelques élégantes enjambées.

« Tu me sembles en forme, cela fait plaisir à voir ! »

Un sourire ponctua les lèvres de l'Esprit de l'Espace, alors qu'il envahissait très clairement celui du brun. Vanyar s'adossa dans l'encadrement de la porte et croisa les bras, tout en veillant à ne pas faire de faux plis sur son joli haut tout neuf. Mais incapable de rester en place plus longtemps, il se redressa aussitôt et fit quelques pas dans la pièce. Il se pavana ainsi un instant, avant d'une nouvelle fois se poser. Cette fois-ci, il tira une chaise et s'y installa tel un empereur sur son trône. Et avec la même arrogance qu'un souverain trop pompeux, il demanda d'un ton presque détaché, comme s'il s'agissait d'un simple constat :

« Je ne dérange pas, hm ? Tu n'as rien de prévu aujourd'hui, n'est-ce pas ? »

S'intéresser au planning du jeune homme était une bonne chose. Le faire plus tôt aurait été encore mieux.

Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Ven 18 Oct 2019 - 21:01

Vanyar veut du thé ce matin, ce qui me donne presque envie de lui préparer un café noir juste par esprit de contradiction, histoire de le voir perdre son air suffisant, comme si tout lui était dû. C'est probablement ce que j'aurais fait il y a huit ou neuf ans, quand j'étais un jeune apprenti. Depuis je me suis habitué aux frasques et au caractère de l'Esprit. Mais si je réfléchis à ce que je vais mettre à infuser (Earl Grey ou Darjeeling ?), ça ne veut pas dire que je suis prêt à exaucer toutes ses volontés, sagement en sans rien dire. Aussi, avant de m'affairer en cuisine, je lâche avec dédain :

Ça ternit les cheveux, mais bien sûr.

Alors que je casse des oeufs dans une poêle je me demande si les remarques sarcastiques que je sors parfois quand il m'agace ne vont pas trop loin. C'est quand même un Esprit, que je devrais peut-être vénérer comme les autres. Mais je ne sais pas où se trouve la ligne à ne pas dépasser (je crois qu'elle n'existe pas pour Vanyar et qu'il fait juste ce qu'il veut). Je me comporte avec lui comme avec n'importe laquelle de mes connaissances, avec en plus la franchise, la confiance et la tendresse qu'on accorde aux vieux amis. Ce qui ne m'empêche pas de l'adorer comme la puissance spirituelle qu'il est, et de manière très personnelle – j'ai une pensée pour le devant d'autel que je suis en train de broder au temple.

Le cours de mes pensée est interrompu par le sifflement de la bouilloire. Je soupire... Je ne devrais pas penser à tout ça de si bon matin. La preuve, à force de réfléchir j'ai raclé machinalement le contenu de ma poêle et je me retrouve avec des œufs brouillés au lieu d’œufs au plat. J'entends un froissement dans la chambre, je crois que Vanyar est en train de fouiller... Mais je n'ai pas le temps d'aller vérifier qu'il se trouve devant moi, dans l'encadrement de la porte. La poêle dans une main, la spatule dans l'autre, je le regarde en haussant un sourcil circonspect. Est-ce que j'ai moins de cernes aujourd'hui ? Ou moins d'épis dans les cheveux ?

- Si tu veux, toi aussi, ça a l'air d'aller.

Lui est bien sûr aussi impeccable que d'habitude dans ses habits sans un pli. Est-ce que les Esprits peuvent avoir l'air fatigués ? Je repose la poêle et prépare le thé. Vanyar a cette étrange manière d'être toujours dans le passage, de se tenir toujours un peu trop près. J'essaie de faire abstraction de l'envahissant personnage tout en versant l'eau dans la théière (Darjeeling au final). Ça demande un peu d'expérience, de faire comme s'il n'était pas là, mais depuis toutes ces années je ne cherche plus à comprendre et je me contente de m'adapter. Et pour tout avouer, c'est pas si compliqué d'ignorer quelqu'un quand on vient de se lever et qu'on a encore sommeil.

Cela dit, je en peux pas m'empêcher de lui jeter un coup d’œil tandis qu'il s'assoit avec plus de dignité et de charisme qu'un roi sur une de mes simples chaises cannées. C'est un peu incongru de le voir dans ma petite cuisine, en plus très bon état, au milieu des meubles hétéroclites, des plantes aromatiques et des bols ébréchés. Il faudrait presque garder une trace de ce moment absurde. Je lui tends une tasse (celle avec des poules, je garde pour moi celle au motif millefleur, ma préférée) et je lui dis :

- Écoute, tu as peut-être un message à me transmettre, ou une mission particulière, mais il est encore trop tôt pour ça, il faut que je prenne mon petit déjeuner d'abord. Il y a des œufs, des scones et de la confiture d'abricot. Est-ce que tu veux manger avec moi ?

Je sors couteaux et cuillères, prêt à manger dans un semblant de calme, mais il me demande si j'ai quelque chose de prévu. Je suis un peu vexé :

- Depuis le temps, tu pourrais quand même savoir que j'ai toujours quelque chose de prévu ! Quand est-ce que tu m'as vu pour la dernière fois glander ? Enfin, si ça t'intéresse, oui, j'ai des choses à faire. À commencer par réparer ce placard (je brandis mon couteau pour désigner le meuble à la porte cassée), tu veux aider ?

À peine ai-je prononcé cette phrase que je la regrette : c'est le médiateur qui travaille pour l'Esprit, pas l'inverse ! Et si c'était ça la ligne à ne pas franchir ? Ça serait une bourde de plus sur une longue, longue liste. Gêné, je me racle la gorge et demande :

- Encore du thé ?
Vanyar
Esprit de l'Espace
Vanyar
☆ Avatar : Vanyar, par Luinil <3
☆ Messages : 31
☆ Doubles-comptes : Asthan Riael & Mael Emrys
le Lun 21 Oct 2019 - 18:30


Une tasse avec des poules. Pour l'esprit se pavanant tel un coq, c'était plutôt coquasse. Mais c'est sans une remarque sur les motifs de volailles qui l'ornaient que Vanyar récupéra la fameuse tasse. Tout en remerciant son hôte si généreux avec l'un de ses nombreux sourire.

« Bien évidement que je veux déjeuner avec toi ! Si ce n'était pas le cas, je ne serais pas venu aussitôt, mon brave. »

Un hochement de tête accompagna sa réponse à la première question, ainsi qu'un nouveau clin d'oeil. Première question, oui, parce qu'il y en eut bien d'autres. Souvent, on qualifiait Vanyar de bavard, mais visiblement certains de ses médiateurs l'étaient tout autant. L'Esprit de l'Espace, insolent, n'écouta tout ce blabla que d'une oreille, trop occupé à siroter son thé en prenant soin de ne pas brûler son palais si raffiné. Il suivit rapidement la direction indiquée et son regard expert se posa sur le placard en piteux état.

« Il te faut toute une journée pour réparer cela !? » demanda-t'il, presque offusqué, comme si Arizael osait se moquer de lui. C'était un jeu d'enfant ! Un défi à relever même et Vanyar sauta sur l'occasion sans plus attendre. « En quelques minutes, ce sera réglé et nous pourrons passer la journée ensemble. J'ai prévu des tas de choses ! »

Tout en lui tapant la causette, il reposa la tasse vide avec soin, avant de se saisir d'un couteau et de la fameuse confiture d'abricot. Un Esprit n'avait pas besoin de manger pour vivre, cela était simplement de la gourmandise. S'appliquant un peu trop pour une simple tartine de confiture, le blond reprit.

« J'ai suivit tes voyages ici et là, entre désert et empire des eaux, tu sais ? J'ai comme l'impression que tu aimes voyager, non ? Le contraire aurait été un comble pour un Omniscient de l'Espace ! Il rit. Chacune de ses questions, il s'en donnait lui-même la réponse et se noyait ainsi dans un interminable dialogue avec lui-même. Et ce projet d'échange artisanal, on en parle ? Parce qu'entre nous, je trouve l'idée ravissante ! S'il le faut, je pourrais mettre d'autres médiateurs sur le coup... Oh ! D'ailleurs, tant que j'y pense ! Je sais que tu as rencontrée ma chère Astéria ! Adorable petit bout de femme, n'est-ce pas ? »

Bla bla bla.

Vanyar ne mit fin à sa tirade seulement lorsque ses tartines furent entièrement recouvertes de confiture, sans un centimètre de pain visible et qu'il en prit enfin une bouchée. On ne mange pas la bouche ouverte, c'est bien connu ! Et tandis qu'il s'autorisait ce petit plaisir gourmet, il laissait à Arizael la possibilité de dire enfin quelque chose en réponse...

Quoi que. Il avait oublié de répondre à la dernière question. Il s'empressa d'avaler ce premier morceau pour ajouter :

« Et oui, encore un peu de thé, je te prie. »

Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Mar 22 Oct 2019 - 23:16

Je mâchonne un morceau de scones sous le regard malicieux de Vanyar, qui m'adresse des clins d’œil, auxquels je ne réponds pas. Ce n'est pas que je ne suis pas intéressé par une surenchère du charme (qu'il remporterait sûrement) mais je reste coincé sur cette image de lui dans ma cuisine, sur ma chaise cannée, avec ma tasse à poules. Un Esprit est à ma table et je lui ai demandé un coup de main pour bricoler ? J'ai un peu déconné, non ? L'énormité de la situation m'apparaît peu à peu. Bien sûr que ça me fait plaisir autant que ça m'agace de le voir ici. Mais à la rigueur ce n'est pas ça le problème, non, c'est plutôt ma réaction ! Pourquoi je ne suis pas en uniforme pour le mener au temple ? Pourquoi est-ce qu'à la place je le reçois en tenue de nuit dans ma cuisine ? Cette ligne que j'essaie de ne pas dépasser, je n'ai vraiment aucune idée de où elle se trouve...

J'ai beau touiller mes œufs brouillés, je ne vois pas quoi faire d'autre que continuer sur cette lancée. Quand Vanyar me dit "Il te faut toute une journée pour réparer ça ?!" je ne peux m'empêcher de rétorquer immédiatement "Bien sûr que non, tu me prends pour qui ?". Et voilà, chassez le naturel, il revient au galop. Vanyar doit avoir cet effet sur moi. Au lieu de me comporter comme un médiateur digne je suis encore plus naturel que d'habitude. Et je ne sais pas si je dois être mortifié ou me réjouir, car je crois qu'il vient d'accepter mon offre. Est-ce que je dois suivre mon planning et simplement lui demander de promener un chien et de faire un quilt avec moi ? Apparemment pas, il a l'air d'avoir d'autres projets.

Je l'observe étaler consciencieusement de la confiture pendant que je réfléchis à tout ça. Beaucoup trop d'émotions dès le matin. Maintenant que je suis bien réveillé, je suis partagé entre la gêne d'être vulnérable face à mon Esprit, le plaisir de constater qu'il pense à moi et l'agacement à l'idée de devoir annuler mes plans. Et ça ne va pas en s'améliorant. Il me dit qu'il m'a suivi dans mes voyages et cette idée me fait bien plus rougir que tous ses clins d'oeil. J'espère qu'il ne remarque pas mon visage, il a l'air très concentré sur son monologue. J'ai une bonne étoile qui me suit et j'espère la rendre fière dans les missions que j'accomplis. Je ne peux pas m'empêcher de sourire et, au lieu de maintenir une image de médiateur digne, je lui réponds immédiatement avec l'enthousiasme d'un enfant qui a trouvé un public pour ses pitreries.

- Tu as vu ? Je suis tellement content que l'association prenne de l'ampleur ! Et j'ai rencontré deux forgerons, il y a peut-être quelque chose à faire dans ce domaine. Et carrément, c'est génial d'avoir trouvé une autre omnisciente de l'espace, je crois qu'on va bien s'entendre !

Je le ressers en thé. Il faut que je me concentre un peu, moi aussi j'ai des questions pour lui. Après tout ce laisser aller, je retrouve mes habitudes de médiateur.

- Maintenant que le petit déjeuner est pris, il faut que je sache pourquoi est-ce que tu es venu ce matin. Est-ce qu'il y a quelque chose que je dois faire ? On fait le rendez-vous prévu dans deux mois maintenant ? Tu parlais de projets pour la journée, est-ce que ça a quelque chose à voir avec le temple ? Je devais justement y aller aujourd'hui. Ou si c'est les rapports ils seront bientôt finis.

Et parce que je ne peux pas m'empêcher de parler à un Esprit comme à mon voisin, je lui demande aussi :

- Alors, elle est bonne cette confiture ?
Vanyar
Esprit de l'Espace
Vanyar
☆ Avatar : Vanyar, par Luinil <3
☆ Messages : 31
☆ Doubles-comptes : Asthan Riael & Mael Emrys
le Dim 3 Nov 2019 - 20:15


Arizael reprit la parole et ce fut l'occasion d'enfin déguster les fameuses tartines de confiture. Avec la grâce d'un prince, bien sûr. Même manger relevait de codes à respecter si l'on voulait être parfait en toutes circonstances. Vanyar n'avait pas besoin de tout cela, il était déjà parfait et au-dessus du reste de la création, mais il se plaisait à suivre l'étiquette, à conserver un certain standing en toutes circonstances.

Il hocha la tête, écoutant avec un peu plus d'intérêt le Médiateur en face de lui. Cette soudaine euphorie, comme un enfant, plaisait à Vanyar. Arizael était naturel. Il ne se confondait pas en courbettes inutiles et en flatteries. Vanyar aimait les flatteries, bien sûr, mais il préférait qu'on soit honnête avec lui. Et, pour une fois, le sourire qu'il affichait était vraiment sincère. La petite lueur dans ses yeux trahissait l'affection qu'il portait au jeune homme devant lui. Et c'est avec autant de franchise qu'il lui souhait le meilleur. Les Esprits seraient avec lui, puisque Vanyar veillait.

« Je te souhaite de réussir, mon ami ! Et la forge est une excellente idée. Moi-même je me passionne d’orfèvrerie et si tu t'y intéresses, tu découvriras une toute nouvelle façon de sublimer ce que la nature nous donne. »

C'est lorsque Vanyar reprit une nouvelle gorgée de ce délicieux thé qu'Arizael lui demanda ce qu'il venait faire ici. Très bonne question, ravi qu'il l'ait posé ! Mais Vanyar lui-même n'en avait pas la réponse et, pour cause, il était venu ici sur un coup de tête. Son "j'ai prévu des tas de choses" lancé quelques minutes auparavant n'était que pur bluff. Il haussa les épaules et il eut une idée.

« Peu importe, je m'en fiche ! J'ai décidé de passer une journée avec toi pour découvrir ton quotidien. Tu me connais, je me soucis du bien-être de mes petits médiateurs chéris, toi le premier. »

Son ton dégoulinait de niaiserie. Il lui offrit un nouveau sourire et, cette fois-ci, il leva la main vers le visage d'Arizael. Les doigts de l'esprit frôlèrent sa joue, ne s'attardèrent qu'à peine sur la peau du Médiateur. Une brise légère, qui ne dura qu'un instant avant de s'envoler. Puis l'Esprit de l'Espace quitta la table. Il la contourna, se glissa même dans le dos d'Arizael mais ne s'y arrêta pas. Il fit encore quelque pas, jusqu'à atteindre le fameux placard. Son regard émeraude inspecta l'ouvrage et le blond ne pu s'empêcher de toucher à tout et de jouer avec la porte cassée. Histoire de bien vérifier que cela était bel et bien cassé, sans doute, et trouver un défaut de plus à un meuble qui -visiblement- en avait déjà trop :

« Tu devrais aller à Arbor, ils ont de bons charpentiers, de bons matériaux, ils te feront quelque chose de plus solide et de plus charmant que cet attrape nigaud. Il t'a coûté une fortune, en plus, je parie ! Regarde moi ça, les finitions sont d'une laideeeeeur ! »

Et, à force de jouer avec la porte du placard, crac, elle lui resta entre les mains.

Ah ! Et la confiture ? Il lui répondit comme si de rien était.

« Excellente. Tu m'en donneras la recette. »

Contenu sponsorisé


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum