-5%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur Rowenta VU5640F0 TURBO SILENCE EXTREME
84.99 € 89.82 €
Voir le deal

Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Mar 24 Sep 2019 - 20:07

Tandis que je contemple la grande cascade en contrebas de la ville, je me dis que j'ai de la chance. Pas seulement parce que je me trouve aujourd'hui dans un très beau pays, mais aussi parce que le projet aurait très bien pu ne pas aboutir. L'Empire des eaux est l'un des pays les plus fermés de Sirthaal et les relations sont toujours tendues. Je crois que c'est parce que notre projet est vraiment inoffensif qu'il a été accepté. Après tout, mettre en relation les artisans de différents pays pour faciliter les échanges de savoir-faire et les déplacements à l'étranger, ça ne menace en rien le pouvoir de l'empire.

J'ai l'habitude d'événement un peu plus subversifs et contestataires mais aujourd'hui je vais devoir la fermer. Distribuer gentiment les tracts en restant dans la zone imposée (pas loin des téléporteurs, un coin surveillé de près), ne discuter qu'avec celles et ceux qui viennent voir notre stand (dont je suis plutôt fier avec sa grande bannière), bref, ne pas faire de vague (sans mauvais jeu de mot sur l'Empire des eaux).

Je suis avec un collègue céramiste d'Australis et un charpentier d'Arbor. On n'a pas encore les autorisations (et qui sait si on les aura jamais avec la politique de l'Empire) pour implanter l'association à Lullin, alors on se contente d'un stand cette semaine. J'attends qu'un curieux s'approche pour répéter une fois de plus notre speech :

- Bonjour, nous proposons des échanges avec les autres pays pour que les artisans de l'Empire puissent partager leurs compétences et en acquérir de nouvelles. Voici notre dépliant !

L'homme nous explique qu'il n'est pas artisan et qu'il se demandait juste ce que nous faisons sur la place. On en a beaucoup des comme ça et ça serait bien plus facile si on avait eu l'autorisation de démarcher directement dans les boutiques d'artisanat. Mais ça ne fait rien. Même si je ne peux pas me lancer dans un discours politique, le simple fait de dire à ces gens que des échanges avec l'étranger sont possibles (même si c'est pour une raison aussi triviale que s'améliorer dans la taille de pierre), c'est déjà un un pas dans la bonne direction. Alors je continue la distribution avec le sourire. Je repère un grand gars aux cheveux en désordre qui s'approche et je lui fais signe de venir.

- Bonjour ! Est-ce que tu es artisan ? ou tu en connais peut-être autour de toi ?

Je lui tends le dépliant.

- Pour partager nos compétences, nous proposons des échanges à l'étrangers. Est-ce que ça t'intéresserait ?
Einarri Void
Apprenti·e
Einarri Void
☆ Avatar : Vanitas de Kingdom Hearts - artiste : ephemeral-death
☆ Messages : 74
☆ Doubles-comptes : /
le Jeu 26 Sep 2019 - 17:17
Transmettre sa quêteft. Arizael Alderaim

Il est temps pour toi de revenir un peu sur tes pas. C’est bien beau de courir de partout, mais il ne faut pas oublier pour autant tes racines Eina. Alors, tu t’es dit qu’il serait peut-être intéressant de revenir visiter cette belle capitale qu’est Lullin. Le coeur de l’Empire. Si bien cachée entre les cascades et la roche. Si rafraichissant avec ces nombreux cours d’eau qui la traverse. Et pourtant Einarri… Pourtant, tu as dû y mettre les pieds au maximum deux fois dans ta petite existence. C'est-à-dire que ta famille n’avait pas grand-chose à y faire là-bas. De temps à autre il fallait refaire du stock pour les métaux, mais en général c’était des amis à vous qui vous le rapportaient. Résultat, tu ne connais absolument pas le coin. Un petit détour par la capital te semble plus que recommandé avant de t’enfoncer un peu plus dans les terres. Si l’on te demande d’où tu viens tu vas à tous les coups avoir droit à la question du A quoi ressemble Lullin ? Parait que c’est magnifique à voir l’été ! Alors bon, on n’est pas en été, mais ça comptera tout de même !

Cela étant dit, tu te doutais qu’une ville de cette ampleur serait animée, mais tu ne pensais pas qu’elle le serait autant. Les rues sont bondées de monde, et tu discernes difficilement ceux que les commerçants semblent essayer de dire tant chacun essaie de faire plus de bruit que l’autre pour appâter le client. Une chose est sûre, t’es pas fait pour la vie citadine ! Tout ce bruit, tout ce monde te donnent légèrement le tournis. Pourquoi tout le monde te semble pressé ? Pourquoi semble-t-il presque tout stressé à courir à droite à gauche ? Ne peuvent-ils pas arrêter deux secondes de hurler ? Tu ne peux t’empêcher d’espérer que la nuit cela soit plus calme… même si au fond de toi tu te doutes bien que ça doit être la même chose à deux trois différences près. Et alors que tu erres dans les rues et ruelles, tu ne peux que rester admiratif devant le large choix d’échoppe et de service proposé. De qualité qui plus est Eina ! Tout de moins cela semble l’être visuellement. Un pas après l’autre, tu finis par t’approcher d’un stand qui ne paie pas de mine. Et sans rien demander, sans avoir abordé la personne te voilà accoster d’un signe de la main par quelqu’un. Papier tendu devant toi, l’homme ne semble pas avoir un travail très gratifiant… Et cela doit être plus que fréquent pour lui de se prendre des vents par les passants. Définitivement Einarri, tu ne te sens pas capable de l’ignorer et de passer ton chemin. Il y a de grandes chances pour que tu te retrouves à faire ce genre de chose un jour, et Dieu sait que tu seras heureux quand les gens accepteront tes papiers.

Alors tu t’approches en l’écoutant raconter son speech pour la énième fois de la journée. Tu t’avances pour prendre son tract et alors que tu pensais juste être poli puis partir voilà que ces propos te font tilt. Des échanges à l’étranger pour les artisans… Tu n’y avais jamais pensé avant ! Peut-être que ce retour à la terre mère était une meilleure idée que tu le pensais. C’est donc les yeux rivés sur la brochure que tu ouvres la bouche pour répondre à ton interlocuteur.

- Je n’sais pas si j’peux être considéré comme artisan vu que j’suis itinérant et que je n’cherche pas vraiment à établir mon commerce. En r’vanche mon père l’est.

Si on ne sait pas de prime abord que tu viens de la campagne, c’est chose faite dès que tu ouvres la bouche. Tes mots sont mâchés et on reconnait assez facilement l’accent qu’ont pratiquement toutes les personnes qui ont grandi loin du monde moderne. Pas que ce ne soit une critique, tu t’en moques un peu, mais cela peut gêner certaines personnes de la « haute » société.

- C’ci dit, j’aimerais en savoir plus c’possible ? J’compte pas mal bouger, voir l’monde surtout. Du coup, même si j’ai pas vraiment d’échoppe j’peux p’t 'être être utile. J’sais plutôt bien manier le marteau et la tenaille. Enfin pour peu qu’j’ai le matos en face pour m’en occuper quoi. Tu penses que j’peux participer à ton heu… échange ?

Ce n’est pas la politesse qui t’étouffe Eina… et pourtant tu fais pas mal d’effort là. Tu espères que ça ne le dérange pas d’être tutoyé, mais tu n’as jamais été fan de vouvoyez quelqu’un parce qu’il est plus âgé ou plus haut placé. De ton point de vue, tout le monde est pareil, certains ont juste eu plus de chance que d’autre. Quoi qu’il en soit, cette opportunité tombe à pic et il faudrait être stupide pour détourner le regard. Tu ne savais pas trop quoi faire ni vraiment où aller. Avec de la chance, tu auras peut-être un nouvel objectif à atteindre sans pour autant changer le but premier de ton voyage.

Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Ven 4 Oct 2019 - 20:09

Je suis plutôt intrigué par celui-là, il n'a pas le profil habituel des artisans qu'on a rencontré (des hommes d'âge moyen plutôt bourrus et trop attachés à leur terre pour penser à partir). D'abord, c'est peu courant d'être itinérant, il faut de l'endurance et de l'énergie pour tenir le rythme d'une activité sur la route. D'ailleurs je me demande quel est son domaine... Et si ça ne le tente pas, il y a toujours son père qui est aussi artisan, le bouche à oreille ça nous aide beaucoup. En tous cas ce n'est pas un simple curieux mais un travailleur potentiellement intéressé. Aussi, il a toute mon attention.

Il a l'intention de voir du monde, une ambition audacieuse dans l'Empire. Je lui aurais bien proposé de prendre un verre pour en parler plus en détail mais on n'a pas l'autorisation de nous balader comme bon nous semble. Ce n'est pas un hasard si notre stand est dans le quartier très surveillé des transporteurs : on est observé de près et on n'a pas le droit au moindre faux pas. Je dois donc respecter les termes du contrat passé avec la ville et rester à ma place jusqu'à l'heure prévue du remballage.

Le marteau, la tenaille... un forgeron. On en a peu dans la République de Cristal mais ils ont la réputation d'être très bons. Malheureusement, je les connais peu. Mais je pense que je peux quand même l'aider ce bonhomme ! Je suis vraiment content d'avoir enfin un public intéressé, et intéressant ! Il a un accent un peu haché, qui refuse presque de lâcher certains mots. Il est parfois un peu hésitant dans ses phrases mais ses pieds sont biens campé dans le sol et il regarde attentivement le dépliant. Et cette histoire de voyage m'intrigue.

- Parle moi un peu de cette itinérance, tu as déjà prévu des étapes ? Dans d'autres pays ?

Je réfléchis un instant à ce qu'il m'a dit et je continue.

- Je ne pense pas que ça va poser problème le fait que tu n'ais pas de boutique, on va s'adapter. Le principe de l'association est simple : on te met en contact avec d'autres artisans dans d'autres pays, pour qu'ils puissent t'accueillir sur place. Et si tu as de la chance, il y a un atelier dans ton domaine qui peut te prendre pour que tu échanges des techniques avec eux. Normalement en retour tu t'engages à accueillir des gens dans ton atelier mais comme tu n'en as pas en ce moment, c'est pas grave, on peut faire sans.

Comment rendre ça un peu plus concret...

- Voyons... par exemple, j'ai une formation de teinturier dans la République de Cristal, même si je touche un peu à tous les métiers du fil et que je suis aussi médiateur, mais ça c'est une autre affaire. Je pourrais trouver un atelier de tisserand à l'étranger parce que je veux m'améliorer dans le tissage et découvrir des techniques d'ailleurs. Mais je peux aussi me débrouiller tout seul pour m'améliorer en teinture avec des matières premières qu'on ne trouve pas dans la République, et pour ça je pourrais demander un échange avec quelqu'un d'Arbor par exemple.

Je passe la main dans mes cheveux et j'essaie de me re-concentrer. J'ai tendance à noyer les gens avec mes informations et mon enthousiasme, il faut que je le laisse un peu respirer le gars. Si je me laissais aller, je lui conseillerais d'en profiter pour s'intéresser aux autres arts du feu, et d'ailleurs je lui ferais remarquer à quel point c'est une jolie expression "arts du feu" et qui recoupe des métiers tellement différents, et est-ce qu'il considère que c'est un art d'être forgeron ? Voilà, même mentalement je ne m'arrête jamais. Au lieu de tout ça, je lui dis simplement, en souriant :

- Pour résumer, oui, je pense que tu peux participer.
Einarri Void
Apprenti·e
Einarri Void
☆ Avatar : Vanitas de Kingdom Hearts - artiste : ephemeral-death
☆ Messages : 74
☆ Doubles-comptes : /
le Jeu 10 Oct 2019 - 19:20
Transmettre sa quêteft. Arizael Alderaim

En voila une bonne question… Qu’as-tu prévu pour la suite Eina ? Sortir de ta zone de confort et aller voir d’autre continent ? Ou alors tu comptes rester encore un peu en terre connu ? Après tout, il y a encore beaucoup d’endroits que tu ne connais pas ici.

- Je n’sais pas trop encore. Mais pour sûr j’voudrais voir d’autres pays ! J’sais juste pas quand j’partirais. L’continent est pas mal grand ici quand même.

À peine le temps de finir tes questions et ta réponse que tu te fais envahir par un flot d’information. Tu as plus que du mal à tout retenir… Et bien que tu sois en concentration maximum au départ, tu perds vite le fil et décide de fixer le prospectus dans l’espoir y trouver un réconfort inexistant. Ce qu’il te dit doit être important, mais il y a tellement de détail, tellement de détours que tu te perds dans les indications. C’est possible ? Ça ne l’est pas ? Tu peux y participer, mais tu dois les recevoir. Mais sans atelier tu ne devrais pas pouvoir, mais c’est finalement possible pour toi ? Et c’est quoi le rapport avec ta demande les médiateurs ? Et c’est quoi d’abord un médiateur ?

Plus les mots avancent, plus ton visage se décompose légèrement. Il faut dire que les explications et les tirades à rallonge n’ont jamais été ton fort Eina… Tu préfères quand c’est rapide et efficace. Simple et concis. Aucun risque de se méprendre comme ça. Aucun risque de faire l’inverse de ce qu’il faut de cette façon. Et alors que tu penses arriver les derniers instants de ton cerveau et de ton attention, que tu sembles entendre le glas sonner au loin pour toi, ton interlocuteur clôture la discussion parce qui aurai simplement dû être la réponse de base.

Miracle Eina ! Enfin une phrase simple et claire. Impossible de se tromper ! Tu ne peux t’empêcher de lâcher un petit soupir de soulagement. Tu avais presque regretté de t’être jeté dans la gueule du loup.

- Fallait commencer par là t’sais… C’que tu donnes masse d’info alors que y a d’jà pas mal de chose écrite sur l’papier. Et faut respirer aussi hein, j’ai cru qu’t’allais clamser pendant ton monologue. C’cool, tu sembles vraiment aimer l’projet, ça motive au moins. Juste, plus lentement c’possible ?

Loin de toi l’intention d’être désobligeant, mais tu es presque sûr que bon nombre de personnes n’auraient pas tenu aussi longtemps que toi. Tu es tout aussi certain qu’il risque de mourir d’un infarctus s’il ne pense pas à respirer plus souvent aussi…

- T’sais quoi ? On va se poser quelque part et on recommence en douceur ok ? Et de façon simple cette fois, on s’éparpille plus autant.

Cela dit, ta proposition a beau être sympa, tu sais aussi que l’Empire n’aime pas voir les étrangers se balader à droite à gauche. Encore moins lorsqu’il s’agit de la capitale. Apparemment on n’est jamais à l’abri d’une attaque qu’ils disent. Toi tu penses surtout qu’ils ont peur de perdre la face si le tourisme prend trop d’ampleur. Alors, tu cherches du regard un petit coin pour poser vos fesses qui soient dans le périmètre autorisé. Un petit coin où tu pourras prendre des notes et reposer tes jambes qui commencent à fatiguer de ton voyage.

- Là ça t’va ?

Tu pointes un mur en pierre pas très haut et relativement proche des gardes fous. Qu’ils ne viennent pas te dire qu’ils ne peuvent pas vous surveiller de là ! Et au moins, tu pourras t’asseoir, sur le rebord tout en écoutant l’étranger parler non sans ferveur tu le sais. Et puis, la rue semble être un peu plus tranquille qu’à ton arrivée, tu seras peut-être un peu plus concentré.

Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Sam 12 Oct 2019 - 22:05

Je souris mais ce n'est pas le cas de mon interlocuteur, qui semble perplexe et confus. J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? À tous les coups, j'ai utilisé une expression usuelle dans la République mais qui est en fait une insulte dans l'Empire, ça ne serait pas la première fois que ça m'arrive. Ou alors c'est un misanthrope qui veut voyager sans voir personne et mes explications sur les échanges l'ont fait déchanter.

Mais la raison pour laquelle il est aussi désarmé est bien plus, et mon expression passe de souriante à mortifiée. Je parle trop ! Et trop vite ! Mes inquiétudes se sont réalisées, j'ai noyé le pauvre gars sous les informations.

- D'abord, désolé, sincèrement, ça m'arrive de m'emporter quand je suis trop enthousiaste. C'est juste que tu dois être l'artisan le plus jeune qu'on ait vu aujourd'hui, ça fait plaisir parce que- Bref. Promis, j'arrête.

J'ai le réflexe idiot de lever les mains en l'air en signe d'innocence. Je garde le silence quelques instants, mais il faut bien que je lui réponde.

- Okay, je peux recommencer plus doucement.

Mais d'abord il exprime le souhait de se poser quelque part. Je pourrais dire mille trucs différents, comme "je devrais prévenir mes collègues", et "moi aussi j'y ai pensé mais je ne peux pas trop m'éloigner du stand" ou encore "carrément, mais restons près des téléporteurs". Mais je ne dis rien et j'attends de voir ce qu'il me propose. Le muret en pierre qu'il désigne correspond parfaitement.

- Allons-y !

Je fais signe à mes collègue et je m'assois avec le jeune forgeron sur le rebord. D'ici, on voit les gardes à leur poste, on est en plein dans leur champ de vision. J'ai presque envie de leur faire coucou, histoire de leur dire "tout va bien, je fais juste mon travail, ma propagande ne va pas plus loin que les limites de cette place". Pas sûr qu'ils réagissent bien si je les nargue, on va éviter.

Une fois assis à côté du gars, je me rends compte qu'il est pas mal. Mais sûrement trop jeune. Bref, ce n'est pas le moment pour ce genre de réflexion, je suis un médiateur professionnel ! Et cette fois-ci je compte bien ne pas étouffer mon public mais l'informer clairement ! Aussi je vais faire les choses dans l'ordre.

- Merci de me laisser recommencer ma présentation. Je suis Arizael, Ari pour faire court. Et toi ?

Je n'ai pas besoin du stand ou des prospectus pour la suite, ce sont juste des supports pour le public. Le projet de l'association, je le connais par cœur, je pourrais sûrement le réciter en dormant. Ce n'est pas pour rien que j'en suis le co-fondateur.

- Tu m'interromps dès que tu as une question, okay ? Bon, le projet, pour faire simple, est une plateforme qui met en relation des artisans de différents pays pour qu'ils se rencontrent et échangent leurs savoir-faire. Et ça implique des voyages à l'étranger, ce qui t'intéresse justement, n'est-ce pas ?

Je n'ai pas encore fait fuir ce jeune forgeron malgré mes bourdes, espérons que je finisse par le convaincre.
Einarri Void
Apprenti·e
Einarri Void
☆ Avatar : Vanitas de Kingdom Hearts - artiste : ephemeral-death
☆ Messages : 74
☆ Doubles-comptes : /
le Lun 14 Oct 2019 - 15:52
Transmettre sa quêteft. Arizael Alderaim

Tes paroles ne sont pas des plus agréables à entendre apparemment. Son joli visage souriant et motivé vient de passer à celui de quelqu’un de terrifier dès que tu as ouvert la bouche Eina. Tu aurais pu mettre un peu plus de formes, tu le reconnais. Mais à quoi bon ? Au final, le message passe plus rapidement quand on est direct ! Et le jeune homme ne semble pas t’en tenir rigueur plus que cela. L’habitude de ce type de réflexion tu présume… Pas étonnant quand tu vois que ce dernier repart pratiquement aussi vite en discours inutiles. Bien que cela soit un petit peu différent cette fois-ci. Mains en l’air, arrêté net dans ses propos, tu ne peux retenir ce petit rictus d’amusement. C’est qu’il te ferait presque penser à ces enfants du village qui tout paniqué, lève les mains en signe de reddition tout en expliquant qu’ils n’ont pas volé ce morceau de pain ; bien évidemment, personne ne leur avait posé la question avant. Quelque part, c’est un peu mignon et touchant de voir ça. Il tient vraiment à aider les personnes intéressées, quand bien même ces dernières ne soient pas des plus polies ou des plus intéressées.

Au final, le compromis semble être validé et tu vas avoir droit à un deuxième tour d’explication. Tous deux sur vos petits murets, la discussion reprend comme si rien ne s’était passé. On oublie tout et on repart de zéro Eina ! Les gardes ne disent rien à votre choix même si de temps à autre ils ne peuvent s’empêcher de lorgner sur ton interlocuteur. Ce n’est pas que cela est dérangeant, mais à force ça va commencer à te gonfler et tu risques d’aller leur dire d’aller voir ailleurs si y a pas plus grave à faire ! Merde quoi, il fait juste son boulot le pauvre. Boulot plutôt ingrat par ailleurs… C’est trop demander de le laisser respirer ? C’est peut-être pour ça que personne ne semble venir en fait… Tu reportes vivement ton attention sur le brun non pas sans tiquer de la langue en mécontentement. Tu détestes être fliqué comme ça.

- J’t’en pris. J’pense qu’y a plus jeune que moi comme artisan, mais ils doivent sans doute rester avec leur parent ou un truc du genre. C’pour ça que t’en vois pas beaucoup. Oh et moi c’est Einarri. Ravi de pouvoir enfin t’appeler autrement que M’sieur prospectus !

Il est l’heure de passer aux présentations ! L’inconnu porte enfin un nom, un mystère de dévoilés. Reste à bien comprendre le reste. C’est donc armé d’un morceau de charbon que tu essaies de griffonner sur un bout de tissus les informations les plus importantes. Te connaissant, tu risques d’oublier aussi vite que tu es venu ici… Et bien que tu galères à rendre tes notes propres, tu devrais réussir plus ou moins à relire l’essentiel.

- En effet, j’suis intéressé par le voyage. J’ai compris aussi que j’pouvais participer même sans atelier c’est cool ça. Mais… J’fais comment pour l’échange du coup ? La personne va me suivre pour voir ?

Tu ne doutes pas que ce doit être enrichissant de voir différents moyens de travailler le fer. Tout comme tu ne doutes pas que ça puisse être amusant de partager ce que tu sais. Cela dit… pas sûr que tout le monde apprécie l’idée de se balader dans le monde sans vraiment savoir où aller, ni s’il peut passer la nuit au chaud et avec un bon repas.

- J’compte pas vraiment avoir un atelier en plus, fin’ s’pas au programme du moins… J’voudrais savoir aussi comment ça se passe pour la sécurité aussi. Si c’est comme ici partout ailleurs, ça risque d’être dur de passer non ? J’ai pas vraiment envie de devoir rester dans une petite zone comme on le fait là.

Sous-entendu, tu ne vas pas tarder à bouger si c’est deux bougres restent à faire le pied de grue et à fixer du regard quiconque semble s’approcher un poil trop près… Ça te fait penser qu’une question te taraude depuis plusieurs minutes. Tu te rapproches un peu et baisses d’un ton. Tu ne voudrais pas causer de problème à Ari. C’est un bon gars du peu que tu as discuté avec lui. Il est patient et passionné, se serait dommage qu’il finisse en prison juste parce que tu parles mal de la milice du coin.

- D’ailleurs, tu crèches sur place, car les gardes risquent de faire une syncope si tu bouges d’un cm ou t’as l’droit d’voir un peu le quartier à partir d’une certaine heure ? Nan parce que ça doit pas être bien drôle de devoir voir leur tête toute la journée… Surtout quand ils grimacent h24.

Arizael Alderaim
Omniscient·e
Arizael Alderaim
☆ Avatar : Damianos, Captive Prince
☆ Messages : 98
☆ Doubles-comptes : Pélagie Véga
le Jeu 24 Oct 2019 - 21:22

Certes, je parle trop et trop vite, mais j'ai réussi à tirer un rictus au bonhomme, qui s'avère s'appeler Einarri. La conversation a repris et ma deuxième présentation a l'air de mieux passer. Einarri prend des notes et pose des questions. La première me déstabilise un peu.

- Euh... non, personne ne te suit. On est juste là pour créer des opportunités, pas pour fliquer ou jouer les mamans poules. Enfin, tu peux rester en contact avec les gens de l'association pendant ton voyage si tu veux un suivi.

La question de l'atelier resurgit et c'est l'occasion pour moi de compléter ce que j'ai dit précédemment.

- Et pour l'atelier, comme tu ne peux pas accueillir quelqu'un par la suite, on va juste te demander plus d'implication en échange. Pas seulement partager des savoirs mais donner un vrai coup de main dans l'atelier qui t'accueille, sans contrepartie, en remerciement.

Je fronce les sourcils quand il me parle de la sécurité. C'est un sujet vraiment délicat dans l'Empire et c'est l'une des raisons pour lesquelles nous ne lançons le projet à Lullin que maintenant.

- Pour être honnête, c'est notre premier coup d'essai ici, dans l'Empire des eaux. Le problème principal c'est de passer la frontière, les contrôles sont nombreux et prennent du temps. Mais une fois cette étape passée, le reste du voyage devrait bien se dérouler, on a de très bons retours à Australis, Arbor et dans la République.

J'ai remarqué le regard désapprobateur qu'il lance aux gardes de temps à autres. Pour ma part, je me contente d'un soupir résigné. Je lui réponds à ce sujet.

- Aujourd'hui, on est obligé de composer avec eux. Comme je l'ai dit, c'est notre première action à Lullin et d'une certaine manière on peut comprendre qu'ils veuillent nous surveiller. Mais quand ils auront compris qu'on n'est pas si subversifs que ça, ça ira mieux. On devrait être plus tranquilles quand on aura prouvé notre bonne volonté, on pourra revenir je pense !

Je me surprends moi-même, que d'efforts pour être consensuel ! Comme je suis diplomatique ! On dirait bien que ma motivation à voir l'association s'épanouir me pousse à refouler mes tendances révolutionnaires. Mais derrière mon sourire serein et mes manières policées, je n'ai pas perdu mon âme de contestataire. C'est sûrement les missions en tant que médiateur qui m'ont appris à la canaliser. C'est dans cet esprit que je dis à Einarri :

- Non, on repart ce soir, après avoir fait vérifier nos papiers auprès de ces charmants messieurs. Ça me fait frémir intérieurement mais on n'a pas le choix. Si on veut implanter l'association ici, il faut jouer selon leurs règles. Mais ne t'en fais pas, avec mes missions diplomatiques de médiateur, j'ai l'habitude de ce genre de situation.

Je réfléchis un instant à ce que j'aurais pu oublier et je reprends.

- Une dernière chose : ce genre de voyage peut avoir un certain coût, il y a parfois des frais qu'on ne prévoit pas, mieux vaut avoir mis un peu de côté. Je crois que je t'ai tout dit, est-ce que tu as d'autres questions ?
Contenu sponsorisé


Permission de ce forum:

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum